La majorité des jeunes hommes juifs hassidiques ayant fait l’objet d’une ordonnance d’expulsion de deux bâtiments qu’ils louaient à Sainte-Agathe-des-Monts avaient quitté les lieux jeudi soir, selon le maire Denis Chalifoux.

Denis Chalifoux a soutenu n’avoir eu d’autre choix que d’obtenir un ordre d’expulsion après que des résidants de Sainte-Agathe-des-Monts se sont plaints de bruits constants de la part du groupe s’étirant jusqu’à tard dans la soirée.

«Ils font la fête jusqu’à minuit, une heure du matin. Ils jouent du tambour, ils chantent. C’est le party. Et ça, ça fait deux étés que ça arrive», a-t-il fait valoir en entrevue.

Le maire a affirmé que l’ordonnance de la cour stipulait que les jeunes devaient avoir quitté les lieux, jeudi, à 17h. Il a indiqué qu’un employé de la Ville s’assurerait vendredi matin que l’ordonnance de la cour a été respectée.

M. Chalifoux a affirmé que «tout près d’une cinquantaine» de juifs hassidiques résidaient dans deux «triplex» dans le village des Laurentides, et les utilisaient comme dortoirs, ce qui est contraire à la loi municipale.

Le groupe louait deux bâtiments appartenant à des membres de la secte hassidique appelée Lev Tahor, a indiqué Alex Werzberger, un membre de la communauté hassidique à Montréal dont le petit-fils travaille à Sainte-Agathe-des-Monts.

Des membres de Lev Tahor avaient fait l’objet d’une enquête de la protection de la jeunesse au Québec en raison d’allégations de négligence avant que la communauté ne prenne la route de Chatham, en Ontario, en 2013. La secte, comprenant environ 200 membres, a quitté le Québec peu avant la comparution prévue de certains membres devant un juge pour une audience devant assurer une consultation régulière auprès des enfants de responsables de la protection de l’enfance.

M. Werzberger a affirmé que les maisons étaient utilisées comme une école privée pour garçons durant l’été.

Il a affirmé que les jeunes pouvaient avoir été un peu turbulents, mais a dit ne pas croire qu’ils aient fait suffisamment de bruit pour justifier un ordre d’expulsion.

M. Chalifoux a affirmé que l’organisation Lev Tahor avait laissé en plan environ 20 bâtiments dans la communauté après le déménagement des membres en Ontario en 2013. Certaines des maisons ont été vendues par la Ville pour récupérer des revenus de taxation, tandis que d’autres ont été saisies par des institutions financières.

Un petit nombre de maisons étaient encore la propriété de membres de la secte — dont deux étaient utilisées par les nouveaux résidants en violation de règles de zonage, a expliqué le maire.

Sainte-Agathe-des-Monts et plusieurs villages dans les Laurentides comptent diverses communautés juives, certaines desquelles ont été victimes de crimes haineux au fil des années.

En 2012, des vandales sont entrés par effraction dans environ 15 maisons appartenant à des juifs dans la municipalité voisine de Val-Morin. Les vandales ont endommagé les maisons et ont peint des croix gammées et d’autres graffitis antisémites sur les propriétés appartenant à des juifs.

«Je sais qu’un membre de la communauté a évoqué que c’était — l’expulsion des jeunes à Sainte-Agathe — un geste antisémite. Absolument pas. Écoutez, la communauté juive vit à Sainte-Agathe depuis 100 ans», a affirmé le maire.

De façon générale, les relations sont amicales entre les communautés juives de la région et les résidants non-juifs, a dit M. Chalifoux.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!