EDMONTON – Deux études publiées récemment remettent en question la portée de l’impact environnemental des sables bitumineux.

Ces recherches, menées à l’Université de Waterloo, en Ontario, n’ont pas permis de constater une hausse des hydrocarbures toxiques ou des métaux lourds dans les sédiments des lacs et des rivières du delta de l’Athabaska, situé à environ 200 kilomètres au nord des mines albertaines.

Des études précédentes avaient suggéré que ces énormes mines contribuaient considérablement à la contamination des sols et des plans d’eau dans un rayon de 50 kilomètres.

Les recherches de l’Université de Waterloo concluent que les dépôts de bitume naturel demeurent une source majeure d’hydrocarbure.

Ses auteurs insistent sur le fait que d’autres études devraient être menées pour comprendre ce qui se passe dans l’eau et déterminer le rôle exacte de l’industrie pétrolière.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!