OTTAWA – Un mois seulement après que leurs diplomates iraniens eurent été chassés du Canada, des membres du Parlement de l’Iran ont rempli des demandes de visas afin de participer à une conférence internationale qui se tiendra à Québec, à la fin du mois.

Le Canada est le pays hôte, cette année, de l’assemblée de l’Union interparlementaire (UIP), une organisation politique qui a précédé l’Organisation des Nations Unies (ONU).

Étant donné que le gouvernement conservateur a récemment classé l’Iran comme un État soutenant le terrorisme, on ne sait pas si le gouvernement canadien délivrera des visas aux parlementaires iraniens.

Citoyenneté et Immigration Canada, à qui revient la tâche de déterminer si des visas seront accordés ou non, n’émettra aucun commentaire sur ses dossiers en traitement, en vertu de la loi sur la protection des renseignements personnels.

Cependant, des sources gouvernementales ont révélé que chaque candidat sera évalué individuellement et que leur adhésion à différentes organisations sera examinée.

Le parlement iranien comprend des membres des minorités culturelles et religieuses, dont des catholiques, des zoroastriens et même un juif persan.

«La conférence est organisée par le Parlement et non par le gouvernement du Canada», a souligné Alexis Pavlich, porte-parole du ministre de l’Immigration, Jason Kenney.

«Les personnes qui veulent entrer au Canada pour assister à cette conférence doivent entrer dans notre pays en toute légalité selon le processus normal de demande de visa.»

En septembre, l’agence iranienne Fars news rapportait que le leader parlementaire, Ali Larijani, avait décidé de ne pas assister à la conférence après qu’Ottawa eut soudainement rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran.

Une porte-parole du Sénat, Francine Pressault, a pour sa part affirmé avoir été informée qu’un nombre indéterminé de parlementaires iraniens avaient récemment demandé des visas.

Les délégués ont été avertis d’envoyer leur demande 30 à 60 jours à l’avance — la conférence aura lieu du 21 au 26 octobre.

Tout comme l’ONU, l’Union interparlementaire invite tous les 162 pays membres à assister à ses assemblées, y compris les pays comme la Syrie, la Corée du Nord et Cuba.

«L’UIP a pour principe fondateur de toujours réunir les parlementaires de partout dans le monde dans un forum unique pour dialoguer et surmonter les différences», a déclaré son porte-parole, Jemini Pandya.

«Chaque assemblée de l’UIP doit accepter tous les membres.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!