Capture d'écran/blague-de-pequiste.quebec Le Parti québécois mise sur l'humour dans sa nouvelle campagne publicitaire

Le Parti québécois (PQ) a choisi de miser sur l’humour et l’autodérision, afin de rassembler sa base d’électeurs, à quelques mois à peine des élections à date fixe du 1er octobre prochain. Une série de «blagues de péquistes» ont été affichées dans le centre-ville de Montréal lundi.

C’est la présidente du parti, Gabrielle Lemieux, ainsi que le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, qui ont dévoilé cette nouvelle offensive publicitaire sur les réseaux sociaux, tôt en avant-midi. Se voulant «amusantes et irrévérencieuses», les publicités seront diffusées simultanément dans plusieurs régions du Québec.

À Montréal, il est possible d’apercevoir lesdites affiches au Centre-Sud, et aux abords de l’autoroute 40, dans l’est de l’île. Des affiches ont aussi été aperçues par Métro sur la rue Ontario. À l’extérieur de la métropole, les régions des Laurentides, de Lanaudière, de Québec, de la Côte-Nord, du Saguenay-Lac Saint-Jean, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie ont aussi été visées par l’opération publicitaire.

«On est pas mal partout essentiellement, et pour le reste, on assure une couverture numérique des contenus, a expliqué le directeur des communications du Parti québécois, Yanick Grégoire. Ce sera en cours de déploiement durant la semaine.»

«Alors que plusieurs sont encore en vacances, nous avons voulu interpeller les Québécoises et les Québécois sur un ton léger et estival», a pour sa part argué Pascal Bérubé, qui est l’instigateur principal de l’initiative.

L’entreprise Upperkut, une firme de communications basée à Montréal, est derrière cette campagne qui fait déjà beaucoup jaser un peu partout dans la province. C’est ce même groupe qui avait imaginé le slogan «L’homme de la situation» de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui avait fait énormément réagir l’automne dernier dans la métropole.

Humour politique, réelle volonté
«La différence entre un péquiste et un dentiste? Les deux en arrachent, mais travaillent pour votre bien», «Qu’est-ce qui est bleu et blanc et rebondit tout le temps? Le PQ», «La différence entre un péquiste et votre connexion Internet? Le péquiste ne lâche jamais.»

C’est le genre de phrases que vous pourrez voir un peu partout dans les rues du Québec au courant des prochains jours. Courtes et souvent liées à des éléments du quotidien de tous et chacun, ces publicités seront également diffusées sur les ondes de plusieurs radios dès lundi.

Une occasion, aux yeux de Gabrielle Lemieux, d’envoyer un message fort à tous les Québécois.

«Nous savons que nous avons des défis à relever, mais nous sommes d’attaque et prêts pour la campagne, a-t-elle assuré. Notre lucidité et notre combativité nous donneront l’élan qu’il nous faut. Vous trouvez notre campagne surprenante? Attendez-vous à ce qu’on vous surprenne de nouveau le 1er octobre prochain.»

«J’insiste, toutefois: à travers les blagues, il y a un message sérieux. Les priorités des Québécois, c’est sérieux, a d’ailleurs ajouté le député de Matane-Matapédia. Nous avons les meilleures propositions pour faire avancer le Québec. Ça aussi, c’est sérieux.»

Demandant d’imposants budgets, la télévision demeure la seule plateforme qui n’a pas été mise à contribution.

La toile s’enflamme
Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont réagi à la nouvelle campagne publicitaire du Parti québécois (PQ) pour en louanger la force de frappe et l’audace. Dans certains endroits de Montréal, des affiches ont été retirées sur-le-champ, selon nos informations. À l’interne, le PQ se défend toutefois de ces cas isolés et parle d’une campagne provinciale.

«Merci au Parti québécois pour cette audace rafraîchissante en ces jours de canicule, a réagi sur Twitter un professeur des Hautes études commerciales (HEC) de Montréal et ancien stratège de l’image, Jean-Jacques Stréliski. L’autodérision est un langage amusant certes, mais qui ne manque pas de courage. « La forme, disait Victor Hugo, c’est le fond qui remonte à la surface ».»

«Vous êtes tannés de la langue de bois? Superbe initiative du Parti Québécois!», a réagi un autre internaute.

La candidate du PQ dans la circonscription de Mercier, Michelle Blanc, a pour sa part nuancé sur sa page Twitter. «Sans blague, au Parti Québécois, on ne se voile pas les yeux. Nous sommes conscients des défis à relever pour gagner votre confiance.»

«On est très conscients des défis […] et savez-vous quoi? On ne baissera pas les bras. Vos priorités, on prend ça très au sérieux», a renchéri la candidate dans Taschereau, Diane Lavallée.

Selon les derniers sondages, le PQ récolte à peine 15% des intentions de vote au scrutin général. C’est donc dire que la saison estivale sera cruciale pour plusieurs députés péquistes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!