Getty Images

Environ 700 membres en règle et «associés» des Hells Angels sont attendus en fin de semaine à Saint-Charles-sur-Richelieu, en Montérégie, pour le grand rassemblement national annuel du club de motards.

La Sûreté du Québec (SQ) promet de surveiller de très près cette célébration annuelle, qui change de province chaque année et qui est un passage obligé pour les quelque 500 membres à part entière au pays. L’année dernière, ce «Canada Run» avait eu lieu à Calgary, en Alberta, et la version 2016 s’était tenue à Carlsbad Springs, près d’Ottawa.

L’inspecteur Guy Lapointe, responsable des communications à la SQ, explique en entrevue téléphonique que cet événement se veut une démonstration de force face aux autorités et aux groupes criminels rivaux. «Cette réunion-là, c’est ni plus ni moins qu’une démonstration de force, une façon de planter un drapeau et de passer un message, par exemple, aux organisations criminelles concurrentes quant à la force des Hells Angels — mais aussi, je pense, un petit peu de narguer les autorités.»

Pour les policiers, par contre, il s’agit d’une occasion unique de mettre à jour leurs «albums photo» et leurs renseignements sur les membres actuels des Hells et leurs «associés».

M. Lapointe précise qu’il y aura à Saint-Charles-sur-Richelieu une forte présence policière. Les autorités veulent s’assurer que les lois seront respectées et que la population de cette petite municipalité de 1700 habitants ne sera pas incommodée. «On va être présents en grand nombre, et on ne tolérera aucun écart de conduite, a promis M. Lapointe. Toute infraction, que ce soit au Code criminel ou au Code de la sécurité routière, aux règlements municipaux: on va intervenir immédiatement.»

Pas de repaire à Saint-Charles
C’est la première fois en 10 ans que ce rassemblement annuel des Hells revient au Québec: en 2008, il avait eu lieu à Saint-Pie, près de Saint-Hyacinthe, toujours en Montérégie. De nombreux membres des Hells séjournent d’ailleurs dans des hôtels situés à proximité de Saint-Hyacinthe cette année.

Le maire de Saint-Charles-sur-Richelieu, Marc Lavigne, a indiqué que des responsables de la SQ et de la Gendarmerie royale du Canada étaient venus informer les citoyens et répondre à leurs questions lors de la dernière séance du conseil municipal.

Selon le maire, les Hells ne possèdent pas de repaire à Saint-Charles: le rassemblement aura lieu sur un terrain appartenant à un particulier. Un représentant des Hells a aussi communiqué avec le maire Lavigne et les autorités municipales afin de connaître les divers règlements et les permis requis pour un tel rassemblement.

L’inspecteur Lapointe n’avait pas de conseils particuliers à offrir aux citoyens, qui devraient vaquer à leurs activités comme à l’habitude, selon lui. Il s’inquiète par ailleurs de la tendance, observée à Ottawa il y a deux ans, qui pousse des citoyens à prendre des égoportraits avec des Hells. Le vétéran policier y voit un phénomène inspiré par la télésérie «Sons of Anarchy», qui mettait en scène une bande de motards criminels.

«Les gens ont tendance à oublier de quels types de violences ces gens-là sont capables», rappelle M. Lapointe. «Certains sont trop jeunes pour se souvenir de la guerre des motards dans les années 1990, des meurtres de gardiens de prison (…) On n’est pas dans une série télé.»

M. Lapointe estime que les Hells exercent un quasi-monopole sur le trafic de drogues au Québec — ils contrôleraient 98 pour cent du marché de la cocaïne et des drogues synthétiques.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!