PATRICK DOYLE / La Presse Canadienne Chrystia Freeland

OTTAWA — Le gouvernement fédéral se retrouve dans l’attente quant aux négociations sur la nouvelle mouture de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), alors que les pourparlers individuels entre les États-Unis et le Mexique se prolongeront jusqu’à la semaine prochaine.

Selon une source bien au fait de la situation, le Canada ne retournera pas à la table de négociation à Washington tant que ses deux partenaires n’auront pas trouvé de terrain d’entente sur certains enjeux, surtout sur les clauses litigieuses du secteur automobile.

Toutefois, si les États-Unis et le Mexique peuvent résoudre leurs différends bilatéraux au début de la semaine prochaine, la source indique que l’équipe du Canada — qui inclura peut-être la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland — pourrait se joindre aux discussions plus tard dans la semaine.

Selon certains médias, la réunion de vendredi entre le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, et le ministre mexicain de l’Économie, Ildefonso Guajardo, s’est conclue alors que plusieurs points restaient à travailler.

Les deux parties ont fait des progrès et elles se rencontreront la semaine prochaine pour poursuivre leurs discussions, selon ce que M. Guajardo a dit à ces médias.

Le président américain Donald Trump a pour sa part écrit vendredi soir que l’entente avec le Mexique «avançait bien», mais que le Canada devrait attendre.

«Leurs tarifs et leurs barrières commerciales sont beaucoup trop élevés, a-t-il affirmé au sujet du Canada dans un message publié sur Twitter. Nous allons taxer les autos si nous ne pouvons pas avoir d’entente.»

Les représentants américain et mexicain ont tous deux exprimé leur optimisme sur la possibilité de conclure un nouvel accord avant la fin du mois.

Or, selon David MacNaughton, ambassadeur du Canada aux États-Unis, cet objectif serait «ambitieux». M. MacNaughton a toutefois affirmé à La Presse canadienne qu’il appuyait ces démarches et que les négociateurs canadiens étaient prêts à travailler de longues heures pour y parvenir.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!