Assemblée nationale du Québec Sylvain Roy

QUÉBEC — Un candidat péquiste mènera deux combats de front pendant la prochaine campagne électorale: le député de Bonaventure, Sylvain Roy, luttera contre un cancer en plus de briguer les suffrages.

«Le cancer est encore vu de manière extrêmement péjorative et les gens qui en sont atteints sont presque condamnés à mort automatiquement, mais la réalité, ce n’est pas ça du tout», a-t-il confié en entrevue avec La Presse canadienne, jeudi.

Alerté par la présence d’un nodule en avril, le député gaspésien a rapidement consulté et les médecins n’ont pas tardé à tirer la sonnette d’alarme.

Dans les longs mois d’attente pour une batterie de tests et un diagnostic plus précis, M. Roy a continué son travail dans sa circonscription en Chambre en gardant son secret, même auprès de sa famille, en craignant le pire. Il se croyait condamné et en perdait parfois le sommeil.

Le verdict est finalement tombé au début de juillet: une forme de cancer de la gorge, mais les chances de guérison sont excellentes, à 95 pour cent.

«J’ai bien fait de me taire, d’attendre d’être sûr de mon coup, je n’ai pas apeuré personne. Le pire moment a été de l’annoncer à mes fils et à ma mère.»

À compter du début de septembre, l’homme de 54 ans devra toutefois subir 33 jours de traitement de chimiothérapie et de radiothérapie à Québec et devra donc mener sa campagne à distance, par l’entremise des réseaux sociaux notamment. Ses collègues de la députation péquiste et des militants viendront également l’appuyer.

«C’est un moment particulier, c’est une campagne, mais j’ai décidé de continuer pareil, parce que je me suis engagé auprès de mes électeurs. J’ai consulté et les gens étaient très solidaires. (L’ancienne première ministre) Pauline Marois m’a dit de continuer, que j’étais capable, c’est gagnable. (…) Les gens savent que je suis assez combatif.»

Le premier ministre Philippe Couillard lui a également téléphoné, une marque d’attention qu’il a appréciée, ainsi qu’un grand nombre d’élus de tous partis confondus.

M. Roy a tenu à préciser qu’il avait suivi le même parcours que n’importe quel patient québécois dans le système public et qu’un élu ne jouit d’aucun traitement de faveur. Sociologue spécialisé en santé, il s’engage à en tirer des pistes de réflexion pour tenter d’améliorer le fonctionnement du réseau de la santé.

«Il faut toujours prendre la leçon de ce qui nous arrive. L’expérience que je vais vivre, c’est l’expérience que des milliers de Québécois ont vécue ou vont vivre. Je vais retenir un enseignement de tout ça et je vais arriver avec une réflexion.»

De même, il tient de nouveau à solliciter la confiance des électeurs parce qu’il veut contribuer au développement de la Gaspésie et apporter des solutions.

«Ce n’est pas le manque de courage qui va me faire tasser, c’est la démocratie. Ce sont les citoyens qui vont choisir. Je reste parce que je veux avoir la possibilité de proposer un avenir collectif.»

Sylvain Roy est porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts, de faune et de parcs, de même que pour la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!