Patrick Doyle/La Presse canadienne Iqra Khalid et Mélanie Joly

OTTAWA — Une députée libérale a présenté ses excuses et annulé un certificat de reconnaissance qu’elle avait présenté la semaine dernière à un homme accusé par un groupe de défense juif d’alimenter l’antisémitisme.

La députée de Mississauga-Erin Mills, Iqra Khalid, a reconnu qu’elle ignorait certaines des opinions exprimées jadis par Amin El-Maoued, le directeur des relations publiques de Palestine House au moment de lui remettre un certificat de reconnaissance pour son travail bénévole lors d’un barbecue organisé dans sa circonscription.

Michael Mostyn, le pdg du B’nai Brith Canada, a fait parvenir une lettre à Mme Khalid, cette semaine, demandant qu’elle retire ce certificat.

La lettre allègue que M. El-Maoued a mené une manifestation en juillet 2017 «chargée de slogans haineux et antisémites», dont un disant «Israël et Hitler sont pareils».

Après avoir reçu la lettre, Iqra Khalid affirme avoir «vérifié les allégations de façon approfondie» et avoir conclu que les opinions antérieures exprimées par M. El-Maoued étaient contraires aux valeurs qu’elle défend et à ses efforts pour «promouvoir la diversité et l’inclusion».

En tant que représentante du gouvernement fédéral, elle souligne avoir la responsabilité particulière de condamner l’antisémitisme.

La députée a reconnu que cet incident allait faire en sorte qu’elle soit désormais plus rigoureuse dans l’attribution de certificats de reconnaissance. «Je m’excuse pour cette erreur», a admis Mme Khalid dans un communiqué publié jeudi.

Bien qu’elle assure qu’elle ignorait les opinions d’Amin El-Maoued, ce n’est pas la première fois que Mme Khalid est critiquée pour son association avec lui.

En avril dernier, elle s’est fait reprocher de lui avoir remis une autre récompense au nom du premier ministre Justin Trudeau, lors d’un événement auquel participait un archevêque palestinien qui aurait prétendument défendu des terroristes et des attentats suicides.

La Palestine House, qui se décrit comme «un centre éducatif, social et culturel», a perdu tout son financement fédéral en 2012. Le gouvernement conservateur de l’époque dénonçait son «soutien à l’extrémisme».

Iqra Khalid est surtout connue pour avoir déposé, l’an dernier, une motion demandant à la Chambre des communes de condamner l’islamophobie. Les conservateurs et d’autres critiques ont fait valoir que la motion non contraignante limiterait la liberté d’expression. En réaction, à cette motion, la députée a reçu des messages de haine et des menaces de mort.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!