VANCOUVER – Un groupe national qui lutte contre l’exploitation des enfants a reçu un appel à l’aide, il y a environ un an, à propos d’Amanda Todd, qui s’est enlevée la vie la semaine dernière.

L’adolescent de 15 ans de la Colombie-Britannique a été victime d’abus sexuels par un cyberprédateur, puis intimidée par ses collègues de classe.

En novembre dernier, un citoyen préoccupé a contacté cybertip.ca pour signaler que des images de l’adolescente, prises alors qu’elle avait 12 ans, avaient été mises en ligne, a indiqué la directrice de la centrale de signalement, Signey Arnason.

Mme Arnason a précisé que l’organisme qu’elle dirige a reçu un rapport qui a ensuite été transmis aux autorités et aux services de protection de l’enfance.

La directrice a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un rapport rédigé par la jeune fille, mais plutôt par un citoyen inquiet.

Todd est décédée mercredi dernier, un mois après qu’elle eut publié une vidéo sur YouTube évoquant les abus sexuels dont elle avait été victime et qui l’avaient menée sur la voie de l’anxiété, de la dépression, de l’alcoolisme et de la toxicomanie.

Pendant les neuf minutes que dure la vidéo, l’adolescent explique qu’elle était en 7e année lorsqu’elle a été manipulée par un homme inconnu. L’individu lui aurait demandé de dévoiler sa poitrine devant la webcam.

Un an plus tard, Todd aurait reçu un message de l’homme en question sur le réseau social Facebook. Il l’a menaçait de transmettre à sa famille et ses amis des images de ses seins nus si elle refusait de se dévêtir de nouveau.

«Je suis alors tombée très malade», écrit-elle dans la vidéo en noir et blanc.

Elle y décrit aussi l’intimidation qu’elle a vécue à propos de ces histoires de coeur.

Dans la video, elle avoue avoir fait deux tentatives de suicide.

La forme d’exploitation sexuelle décrite par Amanda Todd dans sa vidéo est fréquente. Il existe un monde souterrain de cyberprédateurs qui ciblent les jeunes filles. Les crimes odieux qui ont été commis doivent être punis, même après la mort de l’adolescente, selon les services sociaux.

Environ un pour cent des 67 000 rapports qu’a reçus cybertip.ca depuis 2005 font état de corruption d’enfant — un nombre qui est très important lorsqu’on sait que des cas peuvent se transformer en cauchemar pour les victimes, comme cela a été le cas pour Todd.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!