TORONTO — La grande foire de l’Exposition nationale canadienne (ENC) s’est ouverte à Toronto malgré le conflit de travail en cours qui implique des centaines de travailleurs.

Les visiteurs ont été accueillis par des piquets de grève au moment où l’événement annuel, d’une durée de deux semaines, a ouvert ses portes.

Environ 400 travailleurs, représentés par le syndicat de l’Alliance internationale des employés de la scène et des projectionnistes, ont été mis en lock-out par le conseil d’administration de l’exposition, le 20 juillet, après des mois de négociations.

Le conseil a déclaré qu’il souhaitait mettre à jour le contrat de travail de ses employés pour mieux refléter le marché «hautement concurrentiel». Les administrateurs croient que le différend doit se régler à la table de négociations plutôt que devant un arbitre, comme l’a proposé le syndicat.

Le syndicat soutient que le conseil d’administration refuse de négocier de bonne foi et que les travailleurs vont maintenir le piquet de grève tout au long de l’ENC si le conflit n’est pas résolu.

L’Exposition nationale canadienne encourage les visiteurs à utiliser les transports en commun pour se rendre sur place.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!