Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

HALIFAX — Le président du Conseil du Trésor fédéral assure qu’il n’y a aucun changement prévu à la Stratégie nationale de construction navale (SNCN) qui risquerait de compromettre la place du chantier naval Irving de Halifax.

Irving a exprimé ses préoccupations cette semaine après que le chantier Davie, établi à Lévis, eut obtenu un contrat de 610 millions $ pour convertir trois brise-glaces pour la Garde côtière canadienne.

En 2011, les chantiers navals d’Irving et de Seaspan, à Vancouver, ont été choisis par le Canada pour être les deux seuls partenaires de la stratégie. L’annonce concernant Davie fait craindre un changement de cap du côté d’Irving.

«En élaborant le cadre de la SNCN, le Canada a reconnu qu’il n’y aurait pas assez de construction de grands navires dans le futur pour soutenir plus de deux chantiers navals et leur main-d’œuvre qualifiée», a rappelé Irving par communiqué.

Les dirigeants de l’entreprise ont évoqué des commentaires du député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, qui aurait déclaré que la Davie pourrait continuer de soumissionner et de remporter des appels d’offres dans le cadre de la SNCN.

Le député de la Nouvelle-Écosse et président du Conseil du Trésor du Canada, Scott Brison, a cependant rassuré Irving que son rôle dans la stratégie de construction navale est sécurisé.

«Je veux être parfaitement clair à ce sujet: il n’y a aucun changement prévu ou envisagé dans la Stratégie nationale de construction navale qui modifierait le rôle d’Irving ou de Seaspan en tant que deux principaux partenaires», a-t-il réitéré vendredi.

Il souligne toutefois qu’il a aussi toujours été entendu que «d’autres chantiers navals, y compris Davie, aient davantage d’opportunités pour la construction, la conversion, l’entretien, la réparation et la remise en état de petits navires.»

Selon le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, le contrat accordé à la Davie devrait sécuriser jusqu’à 200 emplois bien rémunérés pour les 24 prochains mois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!