JONATHAN HAYWARD JONATHAN HAYWARD / La Presse Canadienne

OTTAWA — Un nouveau sondage fédéral mené auprès de vendeurs de voitures suggère que les Canadiens sont surtout découragés par le prix élevé et l’offre limitée lorsque vient le temps de passer au véhicule électrique.

Ces facteurs dissuasifs devraient être abordés par le gouvernement fédéral lorsqu’il dévoilera sa stratégie nationale sur les voitures électriques, attendue depuis longtemps et prévue d’ici la fin de l’année.

Mais le sondage mené par Ottawa au début de l’année auprès de concessionnaires a aussi mis en lumière un autre problème de taille: plusieurs vendeurs de voitures ne peuvent même pas répondre à des questions simples sur les véhicules électriques, comme leur coût de fonctionnement ou leur autonomie après une recharge.

Les voitures et les camions représentent plus du dixième des émissions de gaz à effet de serre au Canada, et la réduction de ces émissions est essentielle si Ottawa veut respecter ses engagements internationaux en vertu de l’accord de Paris sur les changements climatiques.

Plusieurs pays — dont la France, l’Irlande, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Inde — interdiront la vente de voitures à moteur à combustion après une certaine date, mais le Canada n’a pas manifesté le même intérêt pour une telle politique.

Les statistiques montrent que les ventes de véhicules électriques augmentent de façon significative chaque mois, mais ne représentent toujours qu’une maigre fraction de toutes les ventes de voitures, véhicules utilitaires sport et camionnettes au Canada — environ un véhicule sur 50.

Le gouvernement fédéral se demande également si le Canada devrait continuer à s’aligner systématiquement sur les normes américaines en matière d’émissions des moteurs à combustion des véhicules, que les États-Unis ont récemment assouplies.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!