David Goldman / The Associated Press

INUVIK, T.N.-O. — Un chasseur traditionnel des Territoires du Nord-Ouest raconte qu’il avait l’habitude d’accueillir les navires de croisière entrant dans la mer de Beaufort, dans l’Arctique canadien.

Mais Hans Lennie, d’Inuvik, affirme que son attitude a changé.

Celui qui siège au Conseil Inuvialuit de gestion du gibier n’est plus aussi hospitalier, dit-il, «maintenant qu’on a tous les faits».

Certaines de ses préoccupations sont décrites dans un nouveau rapport sur les eaux usées non traitées rejetées par les navires qui traversent les habitats fauniques de la région.

L’étude commandée par le Fonds mondial pour la nature du Canada indique que la quantité d’eau grise qui provient des éviers, laveuses, baignoires, douches ou lave-vaisselle pourrait doubler d’ici 2035 si les lois ne sont pas renforcées.

«C’est assez alarmant, a déclaré Melissa Nacke de l’organisme de conservation de la faune. Ces zones de concentration chevauchent d’importantes zones d’habitats de diverses espèces et des secteurs culturels importants», ajoute-t-elle.

Le nombre de navires circulant dans les eaux nordiques devrait augmenter à mesure que les changements climatiques accélèrent la fonte des glaces. L’étude avance que le tourisme sera la plus grande source de déversement d’eaux grises d’ici 2035.

«Pensez à l’eau de la douche ou de la lessive, elle contient des détergents, des savons et des shampooings, donne en exemple Melissa Nacke. Elle contient aussi des niveaux très élevés de nutriments et d’autres éléments comme de l’huile et de la graisse. Elle peut contenir des métaux, des particules alimentaires et des microplastiques.»

Selon Mme Nacke, ces matières peuvent notamment contaminer les mollusques et causer de grandes efflorescences d’algues qui créent des zones mortes dans l’océan.

Le rapport souligne que cela pourrait avoir un impact sur la sécurité alimentaire dans les communautés du Nord, une conclusion qui ne fait qu’ajouter aux inquiétudes de Hans Lennie.

«C’est extrêmement nocif, a-t-il commenté. Ces bateaux, leurs eaux usées contiennent toutes les substances de nettoyage. Ce sont des produits très toxiques.»

«C’est une terre nourricière. Toute la vie marine. Tous les invertébrés dont se nourrissent les baleines. Cela implique aussi la sauvagine. Cela a certainement un impact sur la chaîne alimentaire», déplore le chasseur.

Tant le rapport que les intervenants locaux, comme Hans Lennie, disent que des règles fédérales et internationales plus sévères sont nécessaires.

Une rencontre aurait eu lieu entre le Conseil Inuvialuit de gestion du gibier et le gouvernement du Canada.

Les fonctionnaires de Transports Canada ont dit examiner le rapport.

Dans une réaction envoyée par courriel, Transports Canada soutient que ses règlements encadrent plusieurs aspects de la navigation dans l’Arctique, mais aucune disposition ne concerne la gestion des eaux usées. Dans le sud du Canada, la réglementation exige que les bateaux de passagers construits après 2013 et transportant plus de 500 personnes utilisent un dispositif d’assainissement des eaux avant de les rejeter.

Le gouvernement des États-Unis et l’État de l’Alaska ont des règlements concernant les eaux grises des navires.

Pour Melissa Nacke, les normes élevées en Alaska rendent encore plus important le renforcement de la réglementation des rejets d’eaux grises dans les eaux nordiques du Canada.

«Les navires de croisière qui font le tour de l’Alaska peuvent littéralement utiliser le Canada comme dépotoir», fait-elle remarquer.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!