WASHINGTON – Deux marins américains devraient recevoir des sanctions administratives, mais ne devraient pas être accusés au criminel, à propos du scandale de prostitution qui a entaché les services secrets et des militaires américains. L’événement est survenu à l’occasion de la visite du président Obama en Colombie au début de 2012, a indiqué un haut gradé vendredi.

Les deux marins seront punis pour avoir embauché une prostituée et pour avoir manqué à leurs devoirs: les deux hommes ont consommé de l’alcool pendant qu’ils étaient en fonction, a expliqué l’agent responsable.

Plus de six mois après que le scandale eut éclaté, et à la suite de longs efforts pour identifier et localiser des témoins et d’autres personnes impliquées, le dossier des deux matelots devrait être le dernier à être analysé dans cette affaire.

L’agent responsable a accepté de parler sous le couvert de l’anonymat parce qu’il n’a pas été autorisé à divulguer des informations sensibles de l’enquête.

Dans l’armée, les peines administratives peuvent prendre plusieurs formes. Les personnes fautives peuvent être affectées à de nouvelles tâches ou à des tâches supplémentaires. Un certain montant peut aussi être retenu sur leur salaire. Dans quelques cas, il peut s’agir de lettres de réprimande que l’on joint à leur dossier. Les sanctions administratives peuvent aussi mettre fin à des carrières, ou retarder de futures promotions.

Des dizaines de militaires initialement impliqués, sept soldats américains et deux Marines ont reçu des sanctions administratives pour leur faute. Un membre de la Force aérienne a été remercié. Trois soldats punis ont refusé leurs sanctions et ont entamé les procédures pour obtenir une audience devant la Cour martiale.

Les agents et les militaires ont été blâmés pour avoir amené des prostituées dans leur chambre d’hôtel en Colombie, peu de temps avant que le président américain arrive au pays pour une rencontre internationale, selon le rapport de l’armée. Le rapport de l’enquêteur, publié au début du mois d’août, parle d’adultère pour décrire la conduite des personnes impliquées.

Le scandale est sorti au grand jour après qu’une dispute eut éclaté entre un agent des services secrets américains et une prostituée dans le couloir d’un l’hôtel de Cartagena. Les services secrets et l’armée se trouvaient dans ce centre de villégiature de la côte colombienne pour préparer la participation d’Obama à un sommet latino-américain.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!