Archives Métro

MONTRÉAL — Le Tribunal administratif du travail vient encore de donner raison au Syndicat des Métallos, qui avait réussi à faire reconnaître comme maladie professionnelle le syndrome de Raynaud chez deux mécaniciens de la mine Westwood.

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, avait déjà eu gain de cause devant le Tribunal en mars 2017. L’employeur avait porté la cause en appel. Il vient de perdre, puisque le Tribunal a maintenu la décision de première instance.

Le syndrome de Raynaud est aussi appelé maladie vibratoire. Il entraîne une décoloration des doigts, une mauvaise circulation sanguine qui rend douloureuse l’exposition au froid et à l’humidité et occasionne des engourdissements.

Les deux travailleurs concernés, Yvan Aumond et Claude Boucher, travaillent comme mécanicien depuis une trentaine d’années, notamment pour la minière Iamgold, qui exploite la mine Westwood, en Abitibi.

Dans sa décision, le juge administratif Philippe Bouvier a statué que le Tribunal de première instance n’avait fait aucune erreur de droit de nature à invalider sa décision.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!