Getty Images/iStockphoto Des cerfs de Virginie

QUÉBEC — Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) signale un premier cas au Québec de maladie débilitante chronique des cervidés.

Ce cas a été confirmé lundi dernier chez un animal qui provenait d’une ferme d’élevage des Laurentides. Le MAPAQ a identifié ce cas dans le cadre du Programme de surveillance en abattoirs. Selon le ministère, l’animal infecté a été condamné et sa viande n’avait pas été introduite dans la chaîne alimentaire.

La maladie débilitante chronique est une maladie du système nerveux qui peut affecter les cervidés tels que le cerf de Virginie, l’orignal, le wapiti et le cerf rouge, indique le MAPAQ. Causée comme l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) par des protéines anormales appelées «prions», la maladie débilitante chronique n’est toutefois pas considérée comme une maladie transmissible à l’humain, contrairement à l’ESB.

Par mesure de précaution, il n’est toutefois pas recommandé de consommer ou d’utiliser les tissus d’un animal affecté, prévient le ministère.

Une enquête est en cours à la ferme d’origine, qui a été mise en quarantaine, indique le MAPAQ. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs organise de son côté une analyse des cervidés sauvages qui se trouvent autour de la ferme d’élevage, et demandera la collaboration de la population et des chasseurs «afin d’éviter toute propagation de la maladie parmi la faune sauvage».

Le MAPAQ collabore avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs afin de déterminer la source possible de la contamination, et pour éviter la propagation de la maladie. De plus, le ministère de la Santé et des Services sociaux «soutient les autorités dans les démarches en lien avec la santé publique».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!