Adrian Wyld Tom Lawson. Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA – Alors que les forces armées accueillent leur nouveau commandant, le premier ministre Stephen Harper a averti le général Tom Lawson qu’il devrait réussir à équilibrer restrictions budgétaires et capacité opérationnelle.

Celui-ci a toutefois répliqué qu’il n’existait pas «tant de gras» dans lequel couper, et que des économies pourraient être réalisées en réduisant tout simplement le nombre de missions à l’étranger.

Le général Lawson a officiellement été nommé chef d’état-major de la Défense lors d’une cérémonie tenue lundi au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Après avoir salué le travail du commandant sortant, le général Walt Natynczyk, M. Harper a dit à son successeur qu’il devrait relever certains défis.

«Les Forces canadiennes seront sujettes aux mêmes pressions que celles imposées à notre gouvernement et à travers le monde par les incertitudes de l’économie mondiale», a-t-il déclaré.

«Afin de libérer des ressources pour poursuivre les travaux sur le terrain, les frais administratifs doivent être réduits.»

Aux dires du premier ministre, M. Lawson doit ainsi trouver une manière de réduire les frais administratifs tout en conservant la même capacité opérationnelle.

«Le Canada doit conserver une capacité militaire moderne et multitâche. Nos forces armées doivent être prêtes aussi bien à apporter des secours en cas de catastrophe qu’à déployer une force de frappe», a-t-il précisé.

«Je dirais qu’il y a très peu de place pour [l’amélioration de l’efficacité de l’administration]», a pour sa part dit le général Lawson, qui a plutôt suggéré d’économiser en réduisant l’importance des missions à l’étranger, comme l’actuelle mission de formation en Afghanistan, qui doit prendre fin en 2014.

«Plutôt que de parler de gras à couper, nous pouvons plutôt discuter de la fin des missions de combat. Ramenons nos troupes au pays le plus efficacement possible, pour que nous puissions nous assurer que l’argent dépensé soit utilisé pour renforcer nos capacités militaires.»

M. Lawson a également laissé entendre qu’en achetant de nouveaux équipements, les forces armées pourraient être forcées de réduire le nombre de navires et d’avions prévu au départ dans le plan de des conservateurs pour la défense publié en 2008.

M. Natynczyk a, pour sa part, dirigé les forces armées pendant quatre ans, traversant entre autres la seconde moitié de la guerre en Afghanistan, et le gouverneur général David Johnston et le ministre de la Défense Peter MacKay ont tous deux salué sa contribution.

M. MacKay a ajouté croire que l’armée sera entre bonnes mains avec le général Lawson à sa tête.

M. Lawson est un ancien pilote de chasseur qui a dirigé la plus importante base aérienne du pays, et occupé plusieurs postes de haut gradés, mais jamais de poste de commande sur le terrain.

Le général est également l’un des partisans du controversé achat des chasseurs furtifs F-35.

Il arrive cependant en poste alors que l’armée doit affronter des compressions post-guerre qui pourraient provoquer une diminution de son budget allant jusqu’à 2,5 milliards $ par année d’ici 2014.

En lien avec ces réductions de coûts à venir, la cérémonie de passation des pouvoirs était de moindre envergure que celle tenue en 2008 pour le départ du général Rick Hillier, qui a quitté l’événement à bord d’un char d’assaut.

La cérémonie pour le général Lawson a consisté en une garde d’honneur et une salve de 21 fusils.

M. Natynczyk a déclaré que l’armée ferait toujours face à des défis budgétaires, mais a pressé le gouvernement d’investir en défense.

Revenant sur son mandat comme commandant des Forces canadiennes, il a estimé que les troupes canadiennes avaient fait une différence en Afghanistan, et avaient conservé le territoire gagné à Kandahar.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!