Andrew Vaughan Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le Canada s’engage à aider à débarrasser les océans du monde de millions de tonnes de filets de pêche abandonnés.

Le ministre des Pêches, Jonathan Wilkinson, a indiqué jeudi que le Canada s’était joint à la «Global Ghost Gear Initiative» (GGGI) dans le cadre d’une campagne contre le rejet d’objets de plastique dans les océans.

L’équipement de pêche abandonné dans l’eau représente un plus gros problème que les pailles, les bouteilles ou les sacs d’épicerie. Ce fait passe trop souvent inaperçu aux yeux des gouvernements, plus préoccupés par les produits attirant davantage l’attention des entreprises et des consommateurs.

Josey Kitson, directrice générale de l’organisme Protection mondiale des animaux Canada, qui a contribué à la création de la GGGI en 2015, a indiqué que le Canada était devenu le 13e pays à y adhérer. Elle espère que cette décision incitera le gouvernement à prendre des mesures concrètes pour lutter contre ce problème.

Le ministre Wilkinson a affirmé qu’on ne pouvait pas encore mesurer la part canadienne dans les quelque 640 000 tonnes d’équipements de pêche perdus ou abandonnés en mer chaque année.

Il a ajouté que le gouvernement étudiait des moyens pour étiqueter le matériel de pêche afin qu’il puisse être retracé jusqu’à son origine. Ottawa veut aussi mettre à jour la réglementation qui empêche les marins de retirer le matériel de pêche abandonné lorsqu’il se trouve dans les eaux canadiennes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!