Québec solidaire propose de créer un nouveau véhicule d’épargne pour permettre aux Québécois de faire fructifier leurs économies tout en diminuant l’empreinte écologique de la province.

Le parti remplacerait l’actuel programme fédéral de compte d’épargne libre d’impôt par des CELI Habitation durable, où un tiers des sommes investies permettrait d’offrir des prêts pour des rénovations résidentielles visant l’efficacité énergétique, par le biais par exemple de travaux d’isolation.

Les investissements déjà détenus dans un CELI fédéral seraient maintenus, de même que les exemptions fiscales rattachées, assure-t-on.

«C’est sensiblement la même chose, sauf que cette épargne-là servirait à faciliter la transition énergétique du Québec, fait valoir la co-porte-parole solidaire Manon Massé. L’épargnant, lui, fait du cash en faisant de l’intérêt qui est non imposable, et les fonds investis servent à des projets de transition énergétique.»

«C’est gagnant-gagnant-gagnant», ajoute-t-elle, en soulignant au passage le caractère économe de l’efficacité énergétique en frais de chauffage par exemple.

Le Parti québécois, qui multiplie récemment les attaques contre les solidaires, y voit une manière de contrôler l’argent des épargnants.

«Maintenant que QS dépasse les attentes, il doit être traité équitablement. Alors, discutons du fond des propositions, a avancé le chef Jean-François Lisée dimanche. C’est écrit qu’ils veulent prendre le contrôle des comptes d’épargne de 2,5 millions de Québécois et comme dans leur programme caché, ils disent qu’ils veulent nationaliser toutes les grandes entreprises, il y a une logique.»

Québec solidaire explique pourtant que les deux tiers restants du CELI seraient gérés par la Caisse de dépôt et de placements ainsi que les institutions financières du choix de l’épargnant.

Une accession «transparente» à l’indépendance

La formation de gauche, qui s’engage à mettre sur pied une Assemblée constituante non partisane dès un premier mandat, a aussi précisé dimanche comment elle entend accéder à l’indépendance en toute transparence.

Le ministère des Finances se verrait ainsi confier la tâche d’élaborer le cadre budgétaire des premières années d’un Québec indépendant pour évaluer, entre autres, le service de la dette, les transferts aux particuliers, les dépenses de programme, les revenus et le déficit fédéral, ainsi que les économies dégagées par la fin des dédoublements de programmes et les dépenses.

Manon Massé se dit consciente qu’il s’agit d’une des principales préoccupations des citoyens vis-à-vis de la souveraineté.

«Ainsi, on pourrait donner aux Québécois et Québécoises l’ensemble du portrait au moment de voter sur l’indépendance», avance-t-elle.

Sur Twitter, elle a réitéré l’importance de divorcer du Canada pour que l’argent des Québécois ne soit pas déchiré entre des «intérêts irréconciliables».

«On l’a vu avec le rachat de l’oléoduc Trans Mountain aux frais des contribuables canadiens, le Canada est marié au pétrole: les noces vont nous coûter 9 G$ et la honte aux joues face à la communauté internationale», a-t-elle écrit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!