Les membres du syndicat des communications de Radio-Canada ont avalisé dans une proportion de 81 pour cent l’entente de principe intervenue le 19 septembre entre leurs représentants et la partie patronale

Le vote s’est déroulé lors d’une assemblée générale qui s’est étalée sur deux jours, samedi et dimanche.

La présidente du syndicat, Johanne Hémond, a souligné que l’entente permettait l’affichage de 176 postes permanents au sein de la société d’État. Les deux partis ont aussi convenu «d’une limite budgétaire pour les contractuels dont la masse salariale ne peut dépasser 20 pour cent de celle des permanents», a ajouté Mme Hémond.

Elle s’est aussi réjouie du fait que le syndicat état parvenu à «limiter les horaires de travail à un maximum de sept jours consécutifs».

Les parties étaient en négociation depuis deux ans et demi et avaient traversé un processus de conciliation, puis de médiation. C’est à l’issue d’une période intensive de négociations, qui avait commencé le 5 septembre dernier, qu’une entente est finalement intervenue mercredi soir.

Jeudi, Marc Pichette, premier directeur aux relations publiques et promotion à Radio-Canada, avait fait savoir que «les représentants du diffuseur public et du Syndicat des communications de Radio-Canada croient que l’entente répond aux besoins exprimés par les employés et par l’organisation». La direction de Radio-Canada se disait «heureuse» du dénouement.

Le syndicat regroupe non seulement les journalistes, mais aussi les caméramans, monteurs, techniciens, employés de bureau, rédacteurs et assistants à la réalisation. Il compte environ 3000 membres au Québec et à Moncton.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!