Adrian Wyld/La Presse canadienne Maxime Bernier

OTTAWA — Les députés conservateurs minimisent l’exode d’organisateurs autrefois rattachés à leur parti vers la formation politique naissante de Maxime Bernier. La réponse du Beauceron à ses ex-collègues: «Regardez-nous aller».

Le Parti populaire du Canada (PPC) a recruté dans ses rangs au cours des dernières semaines plusieurs stratèges du Parti conservateur du Canada (PCC), comme le rapportait le quotidien Le Devoir dans son édition de mercredi.

Des élus conservateurs croisés dans les couloirs du parlement ce matin-là ont tour à tour nié que ces désertions constituaient une tendance, et ils ont tous insisté sur le fait qu’ils ne considéraient pas le député de Beauce comme un adversaire à battre.

«Maxime Bernier, pour nous, n’est pas une menace. La menace s’appelle Justin Trudeau», a tranché le lieutenant politique québécois du parti, Alain Rayes, assurant que tout allait «très bien» au Québec, notamment sur le plan du recrutement.

À peine «une dizaine» de personnes, des «bénévoles», ont décidé de suivre le fondateur du PPC dans son aventure et «toutes ces personnes-là qui ont quitté ont déjà été remplacées depuis déjà au moins deux à trois semaines», a-t-il ajouté.

«Je ne pense pas vraiment que c’est un phénomène», a offert son collègue Alupa Clarke, selon qui «il n’y a aucune érosion des membres», à tout le moins dans sa circonscription. Il a néanmoins reconnu avoir fait des appels pour s’assurer que tous restaient dans son navire.

Quant au député Tony Clement, qui avait appuyé le député de Beauce dans la course à la direction du Parti conservateur, il a affirmé que ces départs étaient somme toute marginaux et ne voulaient «pas dire grand-chose».

Et il prédit que certains de ces déserteurs allaient probablement déchanter. «Je pense que l’incohérence des positions de Maxime Bernier incitera des gens à se détourner (du parti)», a-t-il lancé en mêlée de presse.

Dans un courriel envoyé à ses partisans, mercredi matin, l’élu de Beauce s’est félicité d’avoir amassé une cagnotte de 338 000 $ et réuni 20 500 adhérents . À titre comparatif, son ancien parti compte environ 100 000 membres.

Il pense avoir le vent en poupe, peu importe ce que ses anciens collègues prétendent. «Je leur dis: « Regardez-nous aller ». Ça va très bien, étape par étape, et on verra bien. Les Québécois décideront», a-t-il lancé en conférence de presse.

«C’est un vieux parti, le Parti conservateur, qui essaie de plaire à tout le monde, et les vieux partis au Québec, vous savez ce qui est arrivé dernièrement», a-t-il indiqué en faisant allusion à la victoire électorale de la Coalition avenir Québec.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!