Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le monde n’atteindra pas son objectif le plus rigoureux des 25 dernières années en matière de changements climatiques à moins que les dirigeants politiques ne fassent preuve de la volonté nécessaire pour agir plus rapidement et plus directement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

C’est le principal message du nouveau rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies publié dimanche.

Le rapport vise à donner des lignes directrices scientifiques sur comment la communauté internationale peut atteindre ses objectifs relativement aux changements climatiques. Il devrait toutefois montrer que la planète est en voie de se réchauffer de 1,5 degré Celsius par rapport à l’ère préindustrielle d’ici 2040.

Actuellement, la température globale augmente de 0,2 degré Celsius chaque décennie et a déjà grimpé de 1 degré Celsius depuis 1850.

Selon la cible établie par l’Accord de Paris en 2015, les pays devraient réduire suffisamment leurs émissions d’ici la fin du siècle pour permettre un réchauffement maximal de 2 degrés Celsius comparativement à l’ère préindustrielle. Mais l’Accord prévoit aussi un objectif plus ambitieux de 1,5 degré Celsius.

Catherine Abreu, la directrice générale de Réseau action climat Canada, affirme que la différence entre 1,5 et 2 degrés Celsius peut paraître minime, mais elle est en fait énorme sur le plan des changements climatiques.

Carbon Brief, un site web britannique spécialisé dans la recherche scientifique et les politiques sur le climat, a passé en revue 70 études approuvées par les pairs. À partir de cet examen, il a affirmé, vendredi, qu’avec un réchauffement de 1,5 degré Celsius, le niveau des mers augmenterait en moyenne de 48 centimètres contre 56 centimètres avec un réchauffement de 2 degrés.

De plus, le groupe a estimé les chances d’avoir un été sans glace dans l’Arctique à 3 pour cent avec un réchauffement de 1,5 degré Celsius comparativement à 16 pour cent avec un réchauffement de 2 degrés.

Et la fréquence des pluies torrentielles dans l’est du Canada passe de 26 pour cent avec un réchauffement de 1,5 degré Celsius à 55 pour cent avec un réchauffement de 2 degrés.

L’an prochain, les signataires de l’Accord de Paris devront témoigner de leurs progrès dans leurs efforts pour atteindre leurs objectifs nationaux sur le plan des émissions de gaz à effet de serre. Le Canada souhaite réduire les siennes de 30 pour cent par rapport aux niveaux enregistrés en 2005. En 2017, le gouvernement canadien avait informé les Nations unies qu’il était à 66 millions de tonnes de sa cible, et ce, en dépit de tous les programmes et politiques en place ou prévus. Ce chiffre correspond aux émissions produites par 14,5 millions de voitures au cours d’une seule année.

Lors d’une récente entrevue avec La Presse canadienne, la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, a dit savoir que le rapport annoncerait que «nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre le 1,5 degré».

«Nous le reconnaissons et nous savons tous que nous devons en faire plus, a-t-elle concédé. C’est pourquoi l’Accord de Paris a été conçu tel qu’il est. Chaque pays doit passer à l’action et nous devons nous montrer plus ambitieux au sujet des mesures qui seront adoptées.»

Le Canada n’a cependant aucunement l’intention de réviser ses ambitions dans un avenir proche. Il se concentre plutôt sur l’implantation de son plan actuel, qui comprend un prix national pour le carbone, l’élimination des centrales électriques au charbon, l’amélioration de l’efficacité énergétique des résidences et des entreprises, et l’investissement dans des sources d’énergie propres et renouvelables.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!