Jonathan Hayward / La Presse Canadienne

SURREY, C.-B. — Une substance ressemblant à de l’essence a été découverte près de l’oléoduc Trans Mountain, à Surrey, en Colombie-Britannique, mais sa source s’avère être une résidence privée.

L’oléoduc avait été fermé dimanche par mesure de précaution après que les autorités eurent reçu des plaintes concernant une odeur. Une substance suspecte a été retrouvée dans un fossé.

Le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique a fait savoir, dimanche soir, que la fuite «provenait d’une résidence privée».

Plus tôt, le ministère avait été mis au cours des problèmes d’odeur vers 1h15, dans la nuit de samedi à dimanche. Un hydrocureur a été dépêché sur place. Il a nettoyé quelques «traces» dès que celles-ci étaient découvertes.

La chef-adjointe du Service des incendies de Surrey, Shelley Morris, a dit que deux stations avaient été appelées vers 23h, samedi.

Du personnel a été dépêché sur les lieux. Les pompiers ont découvert la substance dans un fossé situé près de l’oléoduc.

«Elle a été découverte dans un fossé, mais probablement des deux côtés de la route», a-t-elle ajouté.

Mme Morris a signalé qu’il est aussi possible que la substance ait été jetée là par des individus.

Des employés de Trans Mountain sont également intervenus. Un communiqué de Trans Mountain publié sur son site internet a souligné que l’entreprise continuait de faire des recherches dans le secteur, mais rien n’indique pour le moment que la substance proviendrait d’une fuite de l’oléoduc.

Les employés effectuaient des contrôles de la qualité de l’air dans le secteur. Pour le moment, il n’y aurait aucun risque pour la santé publique.

Plus tôt cette année, Trans Mountain a été acheté par le gouvernement fédéral au coût de 4,5 milliards $.

Plus récemment, la Cour d’appel fédérale a annulé l’approbation par Ottawa d’un projet à tripler la capacité de l’oléoduc. Elle a statué que ce projet avait été approuvé sans un examen approprié de son impact environnemental ou une consultation adéquate des communautés autochtones touchées.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!