VANCOUVER – Un avenir nébuleux attend l’industrie du pot en Colombie-Britannique à la suite de votes qui ont permis la légalisation de l’usage de la marijuana à des fins récréatives dans deux États américains.

Les analystes soutiennent que les conséquences pourraient être de moyennes à majeures pour cette industrie illégale qui génère des milliards en revenus.

Werner Antweiler, un professeur d’économie à UBC, croit que le marché va diminuer puisque selon ses données, les deux tiers des productions de marijuana en Colombie-Britannique sont exportées sur la côte ouest américaine.

La Gendarmierie royale du Canada croit au contraire que ce qui est produit au Canada reste au Canada et l’activiste et chercheur en drogue Dustin Cantwell conclut qu’il n’y aura pas d’impact au nord de la frontière.

L’ancien procureur général de la Colombie-Britannique Geoff Plant, qui était en faveur de la légalisation du pot, affirme qu’il y aura un certain impact sur le marché, mais qu’il ne sera pas majeur puisqu’il y a toujours d’autres clients disponibles.

M. Plant croit que le marché noir et la violence associée aux gangs ne cesseront pas tant qu’il n’y aura pas de changements majeurs dans les législations canadiennes et américaines.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!