Getty Images/iStockphoto

SYDNEY, N.-É. — Gerard Dunn a développé une amitié inattendue avec son facteur local depuis que celui-ci lui rend visite tous les jours — parfois avec l’aide d’un superviseur — afin de lui livrer un torrent «écrasant» de nouvelles cartes à lire.

Son domicile de Sydney, en Nouvelle-Écosse, déborde de boîtes remplies de lettres, de notes et de cartes postales depuis que le minimessage de sa fille Miriam — qui demandait aux gens de lui envoyer leurs meilleurs vœux pour son 92e anniversaire mardi — est devenu viral.

C’est la première fois depuis plusieurs décennies que M. Dunn célébrera son anniversaire sans sa femme bien-aimée, Ellen, qui est décédée en mars.

Depuis ce message, Gerard a reçu des milliers de cartes du monde entier, notamment d’Europe, d’Australie, d’Afrique et des Amériques.

«Oh mon Dieu. C’est une expérience», dit-il.

Le message a même suscité une réponse du premier ministre Justin Trudeau, qui a envoyé à Gerard une carte lui souhaitant un joyeux anniversaire.

Parmi les autres cartes remarquables, il en est une d’une femme qu’il a sauvée de la noyade en tant que jeune fille et qui ressentait le besoin de le remercier des décennies plus tard.

Une autre femme a envoyé une carte «Joyeux anniversaire papa». À l’intérieur, elle écrit qu’elle avait acheté la carte pour son propre père, mais qu’il est décédé avant qu’elle ne puisse la lui donner. Elle ne savait pas quoi en faire avant de voir le message désormais célèbre.

Miriam se dit encore dépassée par l’ampleur de la réponse.

«Je pense qu’il est impossible pour papa, ou moi, de vraiment comprendre l’impact que cela a eu sur tant de gens dans le monde, a-t-elle déclaré. Et je pense que ça va prendre un peu de temps et un peu d’éloignement pour vraiment comprendre, pour avoir une vue d’ensemble.»

Miriam continue à documenter les cartes qui entrent sur son compte Twitter.

Lorsqu’on lui demande à quoi ressemblent 4000 cartes — leur dernière estimation -, elle répond: «À un énorme gâchis dans votre maison».

Certaines cartes contiennent des extraits de la vie des personnes qui les ont écrites. Certains incluent des photographies, des cartes, des calendriers ou même des livres sur les lieux d’où elles proviennent. Un homme d’Amsterdam a envoyé des chocolats.

Mais le plus beau côté de cette aventure, selon Miriam, est que son plaidoyer semble avoir redynamisé l’art perdu de l’écriture de la lettre, qui a été progressivement remplacé par des courriels, des textos et des minimessages.

«Ce qui est tellement remarquable, c’est la pensée, le temps et le soin que les gens prennent pour communiquer avec papa, a-t-elle expliqué. Écrire de vraies lettres, donner des nouvelles, décrire leur vie, parler de ce qu’ils pensent et de ce qu’ils aiment, et poser des questions. Cela rappelle tellement l’époque où les gens écrivaient de longues lettres qui étaient en quelque sorte un flux de la conscience.»

Elle ajoute que depuis que son message est devenu viral, l’école catholique Notre-Dame-de-Fatima de Chatham, en Ontario — où enseigne la petite-fille de Gerard — a lancé un programme permettant à ses étudiants d’écrire des lettres aux personnes âgées de la région.

La gestion de la montagne de courrier devenait un peu un défi pour Gerard. Il a donc fait appel à sa famille pour l’aider à mettre de l’ordre.

«Je suis toujours tellement impressionné par le fait que les personnes qui ont envoyé les cartes étaient si heureuses et sincères à propos de tout cela, a-t-il dit. Cela me submerge de joie et de reconnaissance.»

Gerard avait toujours reçu des cartes de sa femme pour les nombreux anniversaires, vacances et anniversaires partagés au cours de plus de six décennies de mariage, et il récupère ses favories pour décorer son domicile pour chaque occasion spéciale.

Et il pense qu’elle serait ravie de savoir que son histoire a touché autant de personnes à travers le monde.

«Ma femme était une personne très, très, très spéciale, et ce n’est pas seulement ce qu’un mari dit de sa femme, a-t-il affirmé. Son plus grand cadeau était qu’elle, peu importe qui elle rencontrait ou où … elle faisait toujours en sorte que l’autre partie se sente plus importante et plus heureuse qu’auparavant. C’était quelque chose à voir et je l’ai vue faire pendant 60 ans. Je ne m’y suis pas encore habitué, même maintenant. Mais elle veille toujours sur nous, je le sais.»

Une fois que les cartes cesseront d’être livrées, la famille Dunn s’attellera à la tâche monumentale de leur répondre. Gerard assure qu’il n’envisage pas d’en jeter, et qu’il essaie toujours de trouver le meilleur moyen d’exprimer sa gratitude à tout le monde.

Et l’idée de voir Miriam envoyer un autre minimessage à son nom le fait rigoler.

«Je vais devoir la freiner et lui dire, ‘plus de messages pendant de nombreuses années!’ (…) Peut-être pour mon centième (anniversaire)», a-t-il dit.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!