Vicky Michaud/TC Media

MONTRÉAL — Les chauffeurs de Téo Taxi, une filiale de Taxelco à Montréal, une des entreprises qui appartient à la société d’investissement d’Alexandre Taillefer, viennent de se syndiquer.

Les 400 travailleurs seront membres de la section locale 1999 du Syndicat des Teamsters, un grand syndicat affilié à la FTQ. Le Tribunal administratif du travail a rendu sa décision lundi, reconnaissant ainsi l’accréditation syndicale.

«De fait, ces travailleurs-là deviennent les premiers travailleurs et travailleuses syndiqués salariés dans l’industrie du taxi au Québec», a souligné Stéphane Lacroix, directeur des communications et des affaires publiques au Syndicat des Teamsters, au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne.

Les chauffeurs de Téo Taxi sont des salariés, contrairement aux autres chauffeurs de taxi; c’est pourquoi ils peuvent se syndiquer, en vertu du Code du travail du Québec.

Les Teamsters avaient déposé la requête en accréditation le 31 juillet dernier, ayant fait signer des cartes d’adhésion au syndicat par une majorité des travailleurs susceptibles d’être membres du futur syndicat.

Et l’employeur ne s’est pas opposé à la requête en accréditation, a souligné M. Lacroix. «On a obtenu la majorité des signataires de cartes; on n’a pas vraiment eu d’opposition à proprement parler de la part de l’entreprise.»

Les relations ne semblent toutefois pas au beau fixe avec la direction de Téo Taxi, puisque des plaintes ont été déposées au Tribunal administratif du travail alléguant des congédiements pour activités syndicales. Elles doivent être entendues en novembre; rien n’a donc été prouvé.

Le site web de l’entreprise précise que les chauffeurs de Téo Taxi ont un horaire stable, à temps plein ou à temps partiel. Ils bénéficient d’avantages sociaux, de journées fériées et de vacances annuelles et sont rémunérés au taux de 15 $ l’heure.

L’entreprise précise également qu’elle fournit à ses chauffeurs la voiture électrique, les uniformes, la tablette pour communiquer à l’intérieur du véhicule, ainsi que le système de navigation GPS.

La Presse canadienne a tenté de joindre M. Taillefer au téléphone, mais sa boîte vocale était pleine.

Le Syndicat des Teamsters va maintenant s’atteler à la tâche pour représenter ces 400 travailleurs. «Bien entendu, il faut d’abord et avant tout rencontrer l’ensemble des salariés de Téo Taxi, prendre les demandes syndicales des travailleurs. Et, par la suite, on va rencontrer la direction de l’entreprise. Notre objectif, c’est d’effectuer ça le plus rapidement possible. Dans le meilleur des cas, d’ici quelques mois on devrait être en mesure de débuter les négociations afin de mettre en place une première convention collective», a résumé M. Lacroix.

Fait à noter, lors du Forum social mondial en août 2016, qui s’était tenu à Montréal, Alexandre Taillefer avait fait une sortie remarquée, en prenant la parole aux côtés du président de la FTQ, Daniel Boyer, pour revendiquer le salaire minimum à 15 $, au nom de la justice sociale. Téo Taxi paie d’ailleurs effectivement un tel salaire à ses chauffeurs. Et c’est d’ailleurs un grand syndicat affilié à la FTQ, celui des Teamsters, qui représentera les travailleurs de Téo Taxi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!