Tijana Martin / La Presse Canadienne

WASHINGTON — Les autorités des douanes et de la protection des frontières aux États-Unis rappellent à tous que la possession de cannabis va à l’encontre de la loi fédérale américaine et que leurs politiques et procédures ne changeront pas simplement parce que la consommation de cette substance sera légalisée au Canada.

Le commissaire adjoint principal du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, Todd Owen, a déclaré mardi que les agents des services frontaliers disposeraient d’une «grande latitude» pour déterminer si une personne qui admet avoir consommé de la marijuana devrait être interdite d’entrée aux États-Unis.

Il a ajouté que les lois, les politiques et les procédures américaines en vigueur resteraient en place mercredi, après la légalisation officielle du cannabis à des fins récréatives au Canada.

M. Owen affirme que l’admissibilité d’une personne pour qu’elle puisse entrer au pays dépend de nombreux facteurs. Un garde-frontière cherchera notamment à savoir si un individu qui consomme cette substance au Canada a l’intention de le faire aussi au sud de la frontière, dès son entrée.

Des responsables ont également rappelé qu’une personne graciée d’une condamnation antérieure au Canada ne pourra pas entrer aux États-Unis malgré la légalisation, parce qu’une amnistie légale accordée au Canada ne s’applique pas aux États-Unis.

Mercredi, le Canada sera le premier membre du G7 à donner son feu vert à la consommation de cannabis à des fins récréatives.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!