Adrian Wyld Adrian Wyld / La Presse Canadienne

OTTAWA — Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, minimise ses liens avec Irving Shipbuilding, après avoir fait pression pour mettre sur la glace le projet d’un constructeur de navires rival, en novembre 2015.

M. Brison maintient qu’avant d’avoir mené cette campagne aux dépens du chantier maritime Davie, à Lévis, son seul contact avec Irving avait été une lettre qui lui était adressée ainsi qu’à deux autres ministres.

Les liens entre M. Brison et Irving sont sous la loupe depuis que les avocats du vice-amiral Mark Norman l’ont accusé lors de son passage en cour, la semaine dernière, d’être proche de la famille Irving et d’avoir déjà fait pression sur le gouvernement au nom de l’entreprise établie à Halifax.

Ils ont allégué que M. Brison avait agi de manière inappropriée en réclamant la suspension d’un contrat de 688 millions $ avec Davie pour un navire de ravitaillement provisoire — une affirmation qui a depuis été récupérée par l’opposition conservatrice.

M. Brison admet avoir joué un rôle déterminant dans cette affaire, mais maintient qu’il ne faisait que son travail, en tant que ministre responsable de la gestion de l’argent des contribuables.

Il affirme que sa seule interaction avec Irving à l’époque était une lettre que l’entreprise avait aussi adressée au ministre de la Défense, Harjit Sajjan, et à Judy Foote, alors ministre des Services publics et de l’Approvisionnement. Cette lettre invitait le gouvernement à revoir le contrat de Davie et à examiner sa soumission.

En mars dernier, Mark Norman a été accusé d’abus de confiance pour avoir divulgué à Davie de l’information protégée par le secret ministériel.

Il nie avoir quoi que ce soit à se reprocher et doit subir son procès l’an prochain.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!