QUÉBEC — 1 milliard $ à oublier?

Le gouvernement Legault pourrait devoir faire une croix sur le milliard de dollars qu’il veut récupérer dans l’enveloppe des médecins spécialistes.

Le nouveau ministre des Finances, Éric Girard, l’a reconnu jeudi en mêlée de presse au terme de la cérémonie de prestation de serment.

La Coalition avenir Québec (CAQ) s’est engagée à recouvrer un milliard de dollars dans l’enveloppe globale de rémunération des spécialistes, même si le montant n’apparaît pas dans le cadre financier du parti.

M. Girard a rappelé que le nouveau gouvernement attendait d’abord les résultats d’une étude comparative qui permettrait de situer l’écart entre les médecins du Québec et ceux de l’Ontario.

Mais du même souffle, il a reconnu que si l’étude confirmait que les spécialistes d’ici gagnent moins que ceux de l’Ontario, dans une fourchette équivalente à l’écart de niveau de vie entre les deux provinces, Québec serait bien mal placé pour leur en enlever davantage.

«L’hypothèse du milliard (de dollars), c’est qu’ils gagnaient plus, alors définitivement, si l’étude donnait un résultat contraire… l’étude, ce sont les faits, les données, pour prendre les décisions, amorcer les négociations.»

Mode de scrutin: un modèle à discuter
C’est la nouvelle ministre de la Justice, Sonia LeBel, qui sera en charge de réformer le mode de scrutin.

Le premier ministre François Legault a rappelé cet engagement dans son discours à la cérémonie de prestation de serment, mais sans dire à qui reviendrait ce mandat.

Rappelons que la Coalition avenir Québec (CAQ) a signé, avec le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS), une déclaration commune dans laquelle les trois partis s’engageaient à changer le mode de scrutin actuel uninominal à un tour, pour le remplacer par un mode de scrutin mixte avec proportionnelle.

En point de presse après la cérémonie, Mme LeBel a dit que son objectif était de réformer le mode de scrutin, mais quant au modèle, il reste à discuter.

«Le diable est dans les détails, alors on va consulter, on va voir de quelle façon il est mieux de le faire, pour s’assurer qu’il n’y ait pas de pertes, mais seulement des gains.»

Ira? Ira pas?
La nouvelle ministre de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, MarieChantal Chassé, n’écarte pas la possibilité d’aller représenter le Québec à la prochaine Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, la COP24, en décembre, à Katowice, en Pologne, peut-être même avec le premier ministre François Legault.

Le gouvernement caquiste s’inscrirait ainsi dans la continuité du travail d’autres ministres et premiers ministres du Québec, Philippe Couillard et Jean Charest notamment. Le Québec est souvent reconnu comme un leader parmi les États fédérés en matière de «diplomatie climatique».

François Legault n’a pas encore signalé son intention de prendre part à la COP24. Mais dans son discours après avoir présenté son cabinet, il a souligné sa «sincère préoccupation pour les défis environnementaux», répondant ainsi aux nombreuses critiques à son encontre sur cet enjeu.

«On a bien reçu les messages de la population pendant la campagne, on doit en faire plus pour lutter contre le réchauffement climatique.»

En mêlée de presse après la cérémonie, Mme Chassé n’a pas fermé la porte à une mission possible au prochain grand rendez-vous annuel de l’ONU sur l’environnement en Pologne.

«Est-ce que c’est une hypothèse? Demain (vendredi), je rencontre mon ministère, je vais prendre connaissance des dossiers, je peux vous assurer que je vais vous revenir rapidement sur ces questions, soyez confiants.»

Élections scolaires: c’est fini
La Coalition avenir Québec (CAQ) confirme la mort des commissions scolaires.

Le gouvernement Legault n’a pas l’intention de reculer sur cet engagement de longue date que la CAQ a repris de l’Action démocratique du Québec (ADQ), son ancêtre.

En mêlée de presse après la cérémonie de présentation du cabinet, le nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a souligné la fermeté du gouvernement sur cet enjeu, même si les commissions scolaires sont reconnues dans la Constitution et les anglophones avaient déjà menacé le précédent gouvernement Couillard d’un recours judiciaire en cas d’atteinte à leurs institutions.

M. Roberge a assuré que les commissions scolaires seront remplacées par des centres de services et que les élections scolaires, qui devaient être reportées de 2018 à 2020, n’auront pas lieu. Il a fait fi des inquiétudes des anglophones, qui perdent ainsi une de leurs dernières institutions.

«Il n’est pas question de faire une exception pour les anglophones», a-t-il dit en ajoutant que les neuf commissions scolaires anglophones seront remplacées par neuf centres de services. «Ils ne perdront absolument pas la mainmise sur leurs écoles», a poursuivi M. Roberge.

Il dit avoir lui-même lu la Constitution avec plusieurs avocats et son projet de loi respectera la Constitution. «On n’est pas friand des batailles constitutionnelles à la CAQ», a-t-il conclu.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!