TORONTO – Les proches de vétérans fragilisés, qui sont préoccupés des soins qui leurs sont prodigués au plus grand centre de soins de longue durée du Canada, ont déclaré vendredi qu’ils sont satisfaits de la décision d’Ottawa d’y envoyer un inspecteur.

En même temps, ils ont dit qu’ils étaient sceptiques quant à l’impact que cette décision aura sur la qualité des soins offerts à l’hôpital Sunnybrook de Toronto.

Jeudi, La Presse Canadienne a mis au jour de nombreuses sources de préoccupations pour les proches, qui ont confié avoir été volontairement ignorés par la direction de Sunnybrook alors qu’ils tentaient de les régler.

Parmi les enjeux soulevés se trouvent les allégations à l’effet que certains vétérans ont été négligés ou forcés d’endurer des conditions de vie insalubres, des délais injustifiables pour les bains et le service des repas, l’utilisation de draps souillés, la présence de carcasses de souris dans les chambres, et le changement constant de chambre et de préposés aux soins des bénéficiaires.

Le bureau du ministre des Anciens combattants Steven Blaney a répliqué qu’il assignait immédiatement «un représentant senior» afin d’enquêter sur les plaintes portées.

Le porte-parole de Sunnybrook, Craig DuHamel, a mentionné que les inspecteurs avaient visité le complexe vendredi.

«Ils n’ont exprimé aucune préoccupation», a déclaré M. DuHamel. «Je crois qu’ils étaient satisfaits des soins que nous prodiguons.»

La décision d’Ottawa survient alors que de nombreuses familles ont exprimé leur frustration face à ce qu’elles qualifient d’absence de responsabilité des dirigeants du centre de soins de longue durée, qui ressemblerait davantage à un orphelinat.

Le plus grand centre canadien de soins de longue durée pour les vétérans, qui accueille environ 500 anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, est unique au pays puisqu’il est financé par le fédéral et le provincial. Il n’est toutefois redevable qu’au ministrère des Anciens combattants du Canada pour les enjeux relatifs au budget et à la qualité des soins.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!