MONTRÉAL — Les Responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) somment le nouveau ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, de réformer de fond en comble le guichet unique du ministère, qui permet aux familles de s’inscrire en ligne sur un seul site pour trouver un service de garde à leur enfant.

Les travailleuses des RSE, qui sont affiliées à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), ont manifesté dimanche midi devant l’Assemblée nationale pour que le guichet unique — ou La Place 0-5 — soit gratuit pour leurs organisations et qu’il devienne volontaire.

Depuis septembre dernier, les RSE n’ont pas le choix de s’inscrire au guichet unique, et elles doivent payer leur admission au programme, ce qui est injuste, car ce n’est pas prévu dans leur convention collective, a plaidé Valérie Grenon, présidente de la FIPEQ-CSQ, en entrevue téléphonique.

L’ancien gouvernement libéral avait imposé cette directive en mai 2018. Avant qu’elle n’entre en vigueur, seuls les Centres de la petite enfance (CPE) et les garderies privées subventionnées et non subventionnées étaient tenus de s’inscrire à La Place 0-5.

Le ministère expliquait dans un document que cette mesure permettrait «d’augmenter l’accessibilité aux places en service de garde en donnant la possibilité aux parents, par une seule démarche, d’inscrire leur enfant auprès des prestataires de services de garde qui les intéressent».

Mais selon le syndicat, cette mesure réduira les revenus des RSE d’environ deux millions $ pour la première année, et d’un million $ l’année suivante. Mme Grenon rappelle que les médecins de famille ne doivent pas payer quoi que ce soit pour s’inscrire au guichet d’accès à un médecin de famille.

Les RSE déplorent également la structure du guichet unique, qui selon elles ne convient pas aux travailleuses qui s’occupent de garderies en milieu familial.

«Nos RSE sont des travailleuses autonomes. Dans leur entente collective, elles peuvent utiliser les moyens qu’elles veulent pour aller chercher leur clientèle. Et là, il y a obligation d’utiliser le guichet unique», a indiqué Mme Grenon.

La présidente du syndicat assure qu’elle ne conteste pas le principe d’un guichet unique, qui peut être utile pour les parents, mais selon elle, il devrait être volontaire.

L’organisation a entamé plusieurs recours devant les tribunaux pour contester l’implantation du programme, ainsi que ses frais. Les procédures sont en cours en ce moment.

Mme Grenon rappelle par ailleurs que le guichet a subi plusieurs ratés par le passé.

«Ça fait plusieurs années que le guichet a énormément de lacunes, beaucoup de parents pourraient vous parler que c’est très difficile d’obtenir une place dans un milieu régi, subventionné, à cause du guichet», a-t-elle indiqué.

Un nouveal interlocuteur à la Famille

La nomination de Mathieu Lacombe, assermenté plus tôt cette semaine, a été bien reçue de la part du syndicat, a souligné Mme Grenon.

«M. Legault a dit à ses ministres de gouverner dans un esprit de proximité et d’ouverture envers la population, donc on s’attend avec M. Lacombe d’avoir quelqu’un qui va écouter la demande des RSE et revenir sur la décision du gouvernement libéral», a-t-elle déclaré.

L’attachée de presse de M. Lacombe, Isabelle Lewis, a révélé dimanche après-midi que le ministre avait eu un entretien téléphonique avec Valérie Grenon, samedi. La discussion était cordiale et ils ont convenu de se rencontrer prochainement, selon sa porte-parole.

M. Lacombe a réiéré à Mme Grenon que la priorité du gouvernement caquiste était d’améliorer les services aux familles, a indiqué Mme Lewis. Le ministre analysera le dossier du guichet unique pour s’assurer qu’il est efficace, a-t-elle ajouté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!