Natacha Pisarenko/The Associated Press

WASHINGTON — À première vue, cela ressemble à un autre rassemblement politique poussiéreux, avec un ordre du jour d’un ennui insupportable — des systèmes de règlement des différends, le processus de nomination des organes d’appel et des solutions plurilatérales au lien entre commerce international et développement.

On en convient. Les problèmes existentiels auxquels fait face l’Organisation mondiale du Commerce ont rarement fait l’objet de grands titres.

Mais cette semaine, à Ottawa, la réunion de deux jours sur la meilleure façon d’accélérer la réforme de l’OMC aura autant à voir avec Donald Trump, les guerres commerciales mondiales et les innombrables réfugiés tentant de se frayer un chemin vers les États-Unis qu’avec des plénières, l’approvisionnement et la propriété intellectuelle.

Et pour une fois, le temps presse, a déclaré le directeur général adjoint de l’OMC.

«Les progrès à l’OMC ont été glaciaires — et en réalité, les glaciers ne restent même pas là où ils le devraient. Ils sont en train de reculer. Donc, les progrès glaciaires ne sont pas acceptables, a déclaré Alan Wolff lors d’une table ronde cette semaine à Washington. C’est une sorte de saut en longueur pour réussir quelque chose, par opposition à un effort de longue haleine.»

À l’instar de l’ordre international fondé sur des règles qu’elle représente, l’OMC — une institution longtemps dénigrée pour sa lourdeur et sa lenteur — est assiégée par l’administration Trump, qui ne cache pas son mépris pour les conventions commerciales internationales.

Les États-Unis ont ouvertement bloqué la nomination de nouveaux juges au mécanisme de règlement des différends de l’OMC, appelé organe d’appel, une tactique qui menace de paralyser l’organisation et de l’empêcher de prendre des décisions.

«L’impasse dans laquelle se trouvent les membres de l’organe d’appel risque de mettre un terme à tout le système de règlement des différends», prévient un document de discussion canadien de huit pages obtenu par La Presse Canadienne.

C’est en grande partie la raison pour laquelle ni les États-Unis ni la Chine, l’autre éléphant commercial du monde et la principale source de préoccupation des États-Unis pour le commerce, ne seront pas dans la salle mercredi, lorsque 13 pays, dont le Canada, se seront réunis à Ottawa pour discuter de la meilleure façon d’amener l’OMC au XXIe siècle.

«Je pense qu’il existe des solutions à la querelle Chine-États-Unis, a déclaré M. Wolff. Je pense qu’il y a un terrain d’entente, et on peut le trouver.»

Stephen de Boer, l’ambassadeur du Canada et son représentant permanent auprès de l’OMC, a déclaré que le sommet de cette semaine sera axé sur trois thèmes principaux, visant à rechercher «des moyens concrets et concrets d’améliorer le fonctionnement et les fonctions de l’OMC à court, à moyen et à long terme».

Ces thèmes: la sauvegarde et le renforcement du système de règlement des différends, l’amélioration de l’efficience et de l’efficacité de la fonction de surveillance de l’OMC et la modernisation des règles commerciales pour le XXIe siècle.

La réforme sera une «tâche extrêmement difficile», une tâche qui se fait attendre depuis longtemps, car une part croissante de la richesse mondiale a quitté l’Ouest industrialisé, a-t-il déclaré.

«Ce changement laisse les pouvoirs traditionnels avec un dilemme: comment allons-nous nous comporter quand nous ne dominerons plus?, a demandé M. de Boer a demandé. C’est la dure vérité: alors que la puissance relative des puissances traditionnelles décline invariablement, le moment est venu où, plus que jamais, nous devons mettre de côté l’idée que ce sont les plus puissants qui ont raison.»

Entre en scène M. Trump, qui a découvert le pouvoir des droits de douane punitifs — prélevés au nom de la sécurité nationale — pour permettre d’obtenir des conditions commerciales favorables à la table des négociations, même après la conclusion d’un accord de principe.

Le Canada et le Mexique continuent de ressentir les effets des droits de douane prévus à l’article 232 par M. Trump sur les importations d’acier et d’aluminium, alors que trois semaines se sont écoulées depuis que les trois pays ont finalement forgé leur successeur à l’ALENA, le nouvel accord américano-mexicain-canadien.

Cela s’explique en partie par le fait que le président connaît le pouvoir de ces droits de douane et pourrait être réticent à y renoncer — ce qui signifie qu’une action commerciale de style Trump est une réalité qui ne va pas disparaître de sitôt, a prévenu Dan Ujczo, un spécialiste du commerce international basé en Ohio et un partenaire du cabinet d’avocats Dickinson-Wright.

En effet, M. Trump a déjà laissé entendre qu’une explosion du nombre de migrants sud-américains arrivant aux États-Unis par le biais du Mexique était plus prioritaire pour lui que le nouvel accord commercial, suggérant dans un micromessage cette semaine que l’accord pourrait être compromis si le Mexique ne les garde pas loin de sa frontière nord.

«Les répercussions de tout cela sont de portée mondiale, a dit M. Ujczo, et M. Trump pourrait décider de maintenir les tarifs en place pour le moment s’il souhaite continuer à les utiliser comme levier.

«Mon instinct est que les États-Unis veulent se battre à l’OMC concernant ces tarifs … (et) les États-Unis seraient moins enclins à résoudre ce problème avec le Mexique et le Canada de peur de faire basculer leur position, a-t-il dit. La préoccupation plus générale ici est que tout cela — l’OMC, d’autres accords commerciaux, l’immigration — sont des problèmes qui nous empêchent de résoudre ce problème de l’acier et de l’aluminium.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!