Photo Deposit

TORONTO — Des cas rares de paralysie semblables à la poliomyélite ont commencé à se manifester chez certains enfants canadiens, à la suite de dizaines de cas signalés aux États-Unis ces dernières semaines.

Cette maladie, appelée myélite flasque aiguë, provoque une faiblesse musculaire dans un ou plusieurs membres et survient généralement après une infection virale.

Le docteur Jeremy Friedman, pédiatre en chef à l’Hôpital pour enfants malades de Toronto, n’a pas voulu donner un nombre précis, mais a affirmé que les médecins de l’hôpital torontois avaient vu moins de 20 cas de paralysie des membres depuis le début du mois de septembre — dont une douzaine confirmés comme étant des cas de myélite flasque aiguë.

Ce nombre peut sembler faible, mais M. Friedman a souligné que l’hôpital de Toronto ne recense habituellement qu’environ deux cas de cette maladie par an et que le risque d’incidence annuel est d’environ un cas par million d’enfants.

Il a indiqué lundi que la maladie se manifeste chez les enfants «par une faiblesse soudaine ou la paralysie d’un ou de plusieurs membres», généralement «d’un seul côté du corps».

Le déclencheur de la maladie est inconnu, mais les examens d’imagerie par résonance magnétique montrent que les personnes atteintes présentent une anomalie inflammatoire dans une région de la moelle épinière appelée la corne antérieure.

Une prédisposition génétique?
Bien qu’ils n’en soient pas encore certains, de nombreux médecins pensent que ceux qui développent une myélite flasque aiguë peuvent avoir une prédisposition génétique sous-jacente à la maladie.

«Même avec le bond de cas que nous avons à l’heure actuelle, cela demeure une maladie extrêmement rare», a souligné M. Friedman.

La semaine dernière, les Centres de contrôle des maladies aux États-Unis ont fait état de plus de 60 cas confirmés dans 22 États américains au cours des dernières semaines. Depuis le début de l’année, 127 cas de la maladie ont été signalés aux États-Unis, dont un décès. L’âge moyen des personnes touchées est de quatre ans.

Un porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada a déclaré qu’il y avait eu 25 cas probables et cinq cas confirmés de faiblesse musculaire soudaine chez les enfants rapportés dans le pays cette année, tout en ajoutant que les données de surveillance actuelles ne font pas ressortir une augmentation récente du nombre de cas.

M. Friedman a souligné que le risque qu’un enfant développe la maladie «est toujours incroyablement faible».

«Mais cela dit, parce que nous voyons beaucoup plus de cas que nous ne le verrions normalement, nous voulons certainement que nos collègues (…) sachent ce qu’il faut avoir à l’oeil», a-t-il affirmé à propos des autres professionnels de la santé et des hôpitaux.

«Le message que je voudrais envoyer est qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer», a dit M. Friedman, mais si un enfant présente une faiblesse soudaine d’un membre ou ne bouge pas un bras ou une jambe, les parents devraient consulter un médecin le plus rapidement possible.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!