Archives / Métro

MONTRÉAL — Des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont commencé à retirer l’insigne rouge qu’ils portaient en solidarité envers huit collègues visés par des allégations d’agression sexuelle sur des femmes issues des Premières Nations, à la suite de leur suspension.

Les huit policiers avaient déposé des griefs contre leur employeur, et le porte-parole de la SQ Guy Lapointe a souligné mardi qu’une entente avait été conclue pour résoudre ces griefs sans le concours d’un arbitre.

M. Lapointe a indiqué qu’il s’agissait d’une entente confidentielle, tout en ajoutant «prendre connaissance que le mot se passe et qu’il y a retrait des bracelets».

À la suite d’une enquête externe, aucune accusation n’avait été déposée contre les huit policiers.

Les policiers provinciaux avaient commencé à arborer ces insignes, sur lesquels était inscrit le numéro de poste 144, il y a près de deux ans afin de manifester leur soutien au détachement de Val-d’Or.

L’insigne était perçu comme une forme d’intimidation par des chefs autochtones, qui se disaient déçus que les politiciens n’aient pas réclamé plus énergiquement la fin de cette pratique.

Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, parlait d’une pratique «totalement inappropriée, inacceptable et irrespectueuse».

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!