MONTRÉAL — Il ne reste plus que quelques jours avant que les petits monstres, fantômes, princesses et autres personnages déguisés n’envahissent les rues des quartiers résidentiels le soir de l’Halloween mercredi.

Le Réseau Enfants-Retour profite de l’occasion pour transmettre quelques consignes de sécurité. L’organisation souhaite ainsi aider les parents à transmettre les bons réflexes aux enfants pour éviter qu’un événement joyeux ne tourne au cauchemar.

La présidente du Réseau Enfants-Retour, Pina Arcamone, invite notamment les familles à prendre un peu de temps, quelques jours à l’avance, pour planifier le trajet de la collecte de bonbons, en privilégiant bien sûr les quartiers bien familiers et éclairés.

«On planifie le trajet et l’heure de retour. Le long du trajet, on identifie des maisons sécuritaires, ainsi que des gens qui peuvent venir en aide à nos enfants si nécessaire.»

Il est aussi conseillé d’apprendre aux plus jeunes leur numéro de téléphone à la maison et leur adresse. Se promener en groupe est aussi un bon réflexe à développer et à l’ère des technologies, l’idée de munir les plus vieux d’un téléphone portable peut s’avérer fort utile en cas d’urgence.

Par ailleurs, Mme Arcamone, dit qu’il ne faut pas hésiter à apprendre aux enfants à dire NON, fermement, lorsqu’ils sont invités à rentrer à l’intérieur d’une résidence ou s’ils sont approchés par quelqu’un qui veut les attirer ailleurs.

«Il y a toujours un petit pourcentage de gens qui sont mal intentionnés, rappelle Pina Arcamone. Il faut donc enseigner à votre enfant qu’il a le droit de dire non.»

«Par exemple, il fait froid le soir de l’Halloween. Il commence à pleuvoir alors que les enfants ont marché beaucoup et sont fatigués. Ils veulent juste rentrer à la maison et là quelqu’un leur offre de les reconduire à la maison: ils doivent absolument dire non, à moins que cette personne a été identifiée par la famille au préalable.»

La personne insiste? prend l’enfant de force? Pina Arcamone est catégorique: «l’enfant doit se fier à son instinct et crier à l’aide. Apprenez à vos enfants qu’il faut crier «Ce n’est pas mon papa! Ce n’est pas ma maman!» et rassurez-les en leur indiquant que cela va permettre à d’autres adultes de leur venir en aide.»

Au Québec, aucun incident fâcheux du genre n’a été rapporté ces dernières années admet Mme Arcamone. Quoi qu’il en soit, le Réseau Enfants-Retour soutient qu’il vaut mieux être vigilant. D’ailleurs, il est possible de télécharger les consignes de sécurité proposées sur son site web à l’onglet: Développez les Bons Bons réflexes.

Pour sa part, Santé Canada ajoute qu’il ne faut pas oublier les consignes de sécurité de base le soir de l’Halloween, par exemple de porter un costume bien visible, aux couleurs vives, qui n’obstrue pas la vue et qui n’est pas trop long afin d’éviter de trébucher.

Évidemment, les enfants ne devraient jamais manger de friandises avant que celles-ci ne soient inspectées par un adulte.

Il est, bien entendu, préférable que les enfants soient accompagnés d’un adulte le soir de l’Halloween.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!