Darryl Dyck/La Presse canadienne

OTTAWA — Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a demandé à ses 800 membres des sections locales des Bois-Francs, au Québec, de Timmins et de Sault-Ste-Marie, en Ontario, et de Grande Prairie, en Alberta, de débrayer tôt vendredi matin, dans le cadre du mouvement de grèves tournantes amorcé il y a dix jours à Postes Canada.

Les 1200 employés de Kitchener et Waterloo, en Ontario, ainsi que de Saint-Jean, à Terre-Neuve-et-Labrador, avaient aussi quitté le travail tout juste après minuit, vendredi. En soirée jeudi, les travailleurs de la section locale de Moncton s’étaient joints à leurs 4200 collègues qui avaient débrayé plus tôt à Ottawa, Hamilton et North Bay, en Ontario, et à Regina, en Saskatchewan.

Les travailleurs de la Mauricie et de l’Outaouais sont retournés au travail.

D’autre part, le STTP a annoncé que depuis jeudi, les membres de ses deux principales unités de négociation cessent d’effectuer des heures supplémentaires. Le syndicat soutient que l’employeur abuse des heures supplémentaires imposées aux travailleurs, mettant en danger leur santé physique et mentale.

«La surcharge de travail, les heures supplémentaires et le surmenage sont tous des enjeux importants de la présente ronde de négociations, a indiqué le président national du STTP, Mike Palecek. Tant que Postes Canada refusera de régler ces problèmes, nous prendrons les choses en mains.»

Après 10 mois de négociations, le syndicat et la direction de Postes Canada ont été incapables de conclure de nouvelles conventions collectives pour deux unités de négociation — l’exploitation rurale, et les facteurs ruraux et suburbains. Postes Canada affirme avoir déposé des offres substantielles à ses employés, y compris des hausses de salaire, mais le STTP affirme que ces offres sont bien inférieures aux hausses prévues du coût de la vie.

La ministre fédérale du Travail, Patty Hajdu, a nommé il y a un peu plus d’une semaine un médiateur, Morton Mitchnick, ancien président de la Commission des relations de travail de l’Ontario, pour tenter de dénouer l’impasse à la société de la Couronne.

La direction de Postes Canada affirmait mercredi qu’elle accusait des retards de plusieurs jours dans la livraison de colis en raison de l’intensification du mouvement de grèves tournantes des syndiqués.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!