Sean Kilpatrick/La Presse canadienne Anil Arora

OTTAWA — Le statisticien en chef de Statistique Canada, Anil Arora, a déclaré que le projet controversé de son organisation concernant la collecte d’informations bancaires de particuliers était suspendu jusqu’à ce que le commissaire à la protection de la vie privée termine son enquête.

Récemment, Statistique Canada a pris par surprise neuf institutions financières en leur demandant de fournir les informations bancaires privées de Canadiens habitants à 500 000 adresses désignées à travers le pays.

La loi canadienne pourrait exiger que les institutions financières transmettent ces informations privées à Statistique Canada alors qu’elle s’efforce de moderniser et d’améliorer ses méthodes de cueillette de données.

Des préoccupations relatives à la protection de la vie privée ont déclenché des débats houleux à la Chambre des communes, au cours desquelles des allégations de surveillance de l’État et de pratiques de régime autoritaire ont été soulevées.

La controverse qui a suivi et des plaintes du public ont incité le commissaire à la protection de la vie privée, Daniel Therrien, à ouvrir une enquête.

Dans son témoignage devant un comité du Sénat, jeudi, le statisticien en chef Anil Arora a assuré que la démarche n’irait pas plus loin tant que M. Therrien n’aurait pas terminé son travail et que les inquiétudes des Canadiens ne seraient pas apaisées.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!