Andrew Vaughan/La Presse canadienne L'avion de cargo a dérapé hors de la piste.

HALIFAX — Des équipes ont commencé à démanteler l’avion-cargo Boeing 747 qui a dérapé sur une piste de Halifax la semaine dernière.

Les badauds venus voir l’opération s’émerveillaient devant l’immense épave et de voir à quel point l’avion a failli atteindre une voie publique après avoir défoncé une clôture de sécurité.

Des dizaines de personnes étaient présentes dimanche après-midi quand une pelle rétrocaveuse a éventré le centre du fuselage, qui s’est disloqué lorsque l’avion vide de SkyLease Cargo a dépassé la piste de l’aéroport international Stanfield de Halifax, mercredi.

Les quatre membres d’équipage ont subi des blessures mineures et l’avion a été sérieusement endommagé lorsqu’il a glissé à 210 mètres de l’extrémité de la piste 14. Des enquêteurs fédéraux ont expliqué qu’il s’est posé sous la pluie, alors que soufflaient un vent de travers et un vent de dos potentiel.

Le vol KKE 4854, arrivé de Chicago vers 17h mercredi après un vol de deux heures et demie, devait être chargé de homard vivant destiné à la Chine.

Au moment de l’accident, l’avion a heurté une grande antenne de localisation, son train d’atterrissage s’est effondré, deux de ses quatre moteurs ont été arrachés et un petit incendie s’est déclaré sous la partie arrière, causé par un des moteurs endommagés.

Les enquêteurs téléchargeront et d’analyseront les données des enregistreurs de bord. Ils avaient prévu de s’entretenir avec des témoins et les pilotes, d’examiner les données audio et radar de la tour de contrôle et d’enquêter sur les conditions météorologiques et l’état de la surface des pistes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!