AFP

MONTRÉAL — Plusieurs milieux de travail sont aux prises avec une augmentation constante du prix des médicaments, ce qui met à mal les régimes d’assurance médicaments. Si rien n’est fait bientôt, on fera face à une véritable crise.

«Je vous avoue qu’on est pas loin de ça, d’une crise. C’est sûr que si on ne fait rien… On constate que depuis quelques années, le problème va en s’amplifiant», s’est exclamé au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne, lundi, le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La plus grande centrale syndicale du Québec, qui a plus de 600 000 membres et 5000 syndicats, en sait quelque chose.

«Puisque les coûts augmentent sans cesse, ça joue sur les conditions de travail. Ce que met l’employeur, quand il participe au régime d’assurances collectives, il ne le met pas ailleurs. On voit de plus en plus des groupes qui révisent la protection au niveau des assurances collectives, qui couvrent de moins en moins large, parce que les coûts sont de plus en plus exorbitants», rapporte M. Boyer.

La situation que vivent les régimes d’assurance médicaments n’est pas sans rappeler celle des régimes de retraite, il y a quelques années, alors que des employeurs se plaignaient de ne plus être capables d’assumer leurs obligations et ont pris des mesures draconiennes pour en assurer la survie.

Un des problèmes, croit M. Boyer, vient de notre système hybride comptant à la fois un régime public d’assurance médicaments et plusieurs régimes privés. Cette coexistence empêche le régime d’être suffisamment gros pour faire des économies d’échelle en obtenant une masse critique pour négocier de meilleurs prix.

Et les régimes privés paient des honoraires en pharmacie plus élevés que le régime public.

«On a des problèmes avec ce régime hybride-là. Donc, il faut véritablement avoir un régime entièrement public, universel, qui va couvrir tout le monde et qui va nous donner une force de frappe, une force de négociation avec les pharmaceutiques, avec les pharmaciens», a opiné M. Boyer.

«Si on se dotait d’un régime entièrement public, il y a des économies d’échelle qu’on ferait qui vont jusqu’à 3G$. Ce serait une diminution de 18 à 40% du coût des médicaments si on avait un régime public universel, qui vise tout le monde», plaide M. Boyer.

La FTQ tiendra justement, mardi et mercredi, un colloque sur les régimes d’assurance médicaments qui réunira 400 personnes, à Laval.

Employeurs aussi inquiets
La Fédération des chambres de commerce du Québec, de son côté, rapporte que ses membres entrepreneurs s’inquiètent aussi pour l’avenir de ces régimes privés. «Pour bon nombre d’entre eux, le coût croissant de cette assurance collective compromet la viabilité du régime», affirme-t-elle dans un mémoire remis à Santé Canada au mois d’août.

Le regroupement d’employeurs ne revendique toutefois pas un régime entièrement public pour solutionner ces difficultés. «Le système public-privé actuel est arrimé aux priorités et aux besoins individuels, offre le choix de l’assurance aux patients et met à profit l’efficacité avec laquelle le secteur privé est administré», écrit la fédération.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!