Sean Kilpatrick Sean Kilpatrick / La Presse Canadienne

GAO, Mali — La mission de l’ONU au Mali dénonce un «ignoble attentat» à la voiture piégée ayant fait des morts et des blessés civils à Gao, où les militaires canadiens sont déployés.

Le chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Mahamat Saleh Annadif, s’est dit profondément indigné par une attaque «d’autant plus abjecte qu’elle a visé des civils».

Lundi, un véhicule tout-terrain piégé a fait irruption «dans la cour d’une résidence au 8e quartier de Gao sur la route « Wabaria »», selon le ministère de la Sécurité et de la Protection civile du Mali.

M. Annadif a soutenu mardi que l’attaque avait visé «des habitants de Gao sans défense, parmi eux des femmes et de très jeunes enfants gravement blessés».

Des «contractants civils» de la MINUSMA venus à Gao «pour aider à sauver des vies et porter assistance aux populations» ont également été blessés, a-t-on indiqué.

Les soldats canadiens participant à la mission au Mali n’ont pas été touchés, selon la MINUSMA et les Forces armées canadiennes.

Le ministère malien rapportait tard lundi la mort de trois civils dans l’«explosion de la charge contenue dans le véhicule piégé».

SITE, un groupe américain qui surveille les sites internet jihadistes, affirme qu’une organisation se présentant comme la branche d’Al-Qaïda au Mali a revendiqué «une explosion suicide sur les quartiers généraux de forces étrangères, incluant des Britanniques, des Canadiens et des Allemands, à Gao».

Cette organisation est présentée sur une liste de l’ONU comme étant le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM).

«Cette attaque, qui a été revendiquée comme une attaque contre des forces étrangères, n’a visé principalement que des civils maliens, majoritairement des femmes et des enfants de 9 mois à 14 ans. Il n’y a dans ces actes aucune fierté ou acte de courage à revendiquer, mais plutôt une lourde responsabilité qu’il faudra assumer aux yeux du monde et surtout auprès du peuple malien», a déclaré la MINUSMA.

«Les ennemis de la paix ne réussiront pas à entraver la marche des Maliens vers le retour définitif de la paix et la stabilité dans le pays avec, à leurs côtés, l’engagement de la communauté internationale», a ajouté la mission de l’ONU au Mali.

Depuis le début du mois de juillet, un contingent canadien est déployé au Mali, et sa principale tâche consiste à évacuer par hélicoptère les soldats de la paix blessés. Il comprend huit hélicoptères et 250 membres d’équipage et soldats.

Le Mali est déchiré par les conflits depuis une rébellion dans le nord et un coup d’État dans la capitale en 2012. Le pays est depuis plongé dans la tourmente, aggravée par la pauvreté, la sécheresse et l’afflux de djihadistes.

Plusieurs dizaines de Casques bleus sont morts dans des attaques au Mali et des dizaines d’autres ont été blessés depuis la création de la mission des Nations unies en 2013.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!