James West / La Presse Canadienne Blaine Higgs

FREDERICTON — Le nouveau premier ministre progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a annoncé que son gouvernement allait élaborer un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais qu’il ne renonce pas pour autant à faire partie de la contestation judiciaire de la taxe fédérale sur le carbone.

Blaine Higgs, assermenté à titre de premier ministre la semaine dernière, a été informé du dossier par des fonctionnaires du gouvernement fédéral mercredi.

Il a dit être principalement préoccupé par le fait que le Nouveau-Brunswick allait devoir payer beaucoup plus cher en taxes sur l’essence que d’autres provinces comme la Nouvelle-Écosse ou l’Île-du-Prince-Édouard.

D’après M. Higgs, si le programme fédéral entre en vigueur tel qu’actuellement proposé le 1er janvier, les Néo-Brunswickois vont devoir payer 0,04 $ de plus par litre d’essence chaque année pour un total de 0,12 $ de plus par litre au terme du plan de quatre ans.

Ottawa a demandé à toutes les provinces de fixer un prix minimal de 20 $ la tonne sur les émissions de carbone d’ici le 1er janvier.

La taxe sera imposée dès le 1er avril aux provinces qui n’ont pas encore adhéré au plan fédéral ni élaboré leur propre plan de réduction des émissions de carbone. Il s’agit du Nouveau-Brunswick, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario.

Ottawa a promis que l’argent perçu par la taxe fédérale sur le carbone dans les provinces sans plan serait retourné directement aux citoyens.

Le premier ministre Higgs a confirmé que le Nouveau-Brunswick allait se joindre à d’autres provinces pour contester cette taxe devant les tribunaux.

Malgré tout, il annonce que son gouvernement va rédiger un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre, mais il se dit convaincu que le document ne parviendra pas à satisfaire aux exigences fédérales.

Le plan du Nouveau-Brunswick devrait être soumis à Ottawa d’ici le 1er janvier.

«Toute approbation du plan que nous allons soumettre au gouvernement fédéral n’entraînera pas l’abandon de toute bataille judiciaire», a prévenu Blaine Higgs.

Le premier ministre dénonce le fait qu’il n’y ait pas de base uniforme dans le plan fédéral, ce qui a pour conséquence de faciliter la tâche aux provinces plus polluantes d’atteindre les cibles de réduction. Il cite l’exemple de la Nouvelle-Écosse qui possède cinq centrales au charbon.

«Nous avons déjà fait des réductions d’émissions majeures dans notre province qui sont conformes à nos normes. Mais nous n’avons pas cinq centrales au charbon. Nous n’avons pas de cibles faciles. Nous avons des entreprises qui respectent les normes environnementales et qui sont parmi les meilleures de leur industrie», plaide le premier ministre progressiste-conservateur.

Pour l’ancien premier ministre libéral, Brian Gallant, la contestation judiciaire devrait être abandonnée.

«La contestation judiciaire fondée sur la compétence ne vaut pas la peine d’aller plus loin. Ce serait de la poudre aux yeux pour faire croire que le gouvernement semble faire quelque chose pour mettre fin au mécanisme de tarification, mais qu’au bout du compte, ça ne donnera pas les résultats escomptés», a-t-il commenté.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!