Nathan Denette/La Presse canadienne

OTTAWA — Un rapport du vérificateur général du Canada affirme que les personnes vivant dans les régions rurales et éloignées du pays n’ont pas accès à internet haute vitesse parce que le gouvernement fédéral ne veut pas financer un plan qui permettrait de leur fournir ce service.

Dans un rapport publié mardi, Michael Ferguson indique que différentes autorités ont répété au gouvernement que le Canada avait besoin d’une stratégie nationale sur l’internet haute vitesse pour que les personnes vivant en dehors des villes ne soient pas laissées pour compte par l’économie numérique. Sans connexion internet haute vitesse, les citoyens risquent d’avoir un accès limité «à d’importants services en ligne, comme des programmes d’éducation, des services bancaires et des services de soins de santé».

Selon M. Ferguson, une analyse gouvernementale réalisée en 2013 a révélé que fournir l’internet haute vitesse à 99% des Canadiens coûterait entre 1,1 et 1,7G$.

Le gouvernement fédéral n’ayant pas approuvé l’adoption de mesures à cet égard, le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique «s’est montré hésitant à établir une stratégie sans disposer des fonds nécessaires», indique-t-on.

Deux programmes partiels, totalisant 740M$, n’ont pas fourni aux soumissionnaires suffisamment d’informations pour élaborer des propositions réellement utiles, et n’ont pas non plus vérifié si les projets proposés auraient pu être réalisés sans financement public.

Selon le vérificateur général, le gouvernement devrait commencer par établir une norme relative au minimum de connectivité internet à laquelle les Canadiens peuvent s’attendre dans différentes régions du pays, pour ensuite élaborer un plan à partir de ces balises.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!