Getty Images/iStockphoto

OTTAWA — Un ancien médecin de la Clinique de services de santé de l’Université d’Ottawa, Vincent Nadon, a été condamné mercredi à huit ans de pénitencier après avoir plaidé coupable à plusieurs chefs d’accusation d’agression sexuelle et de voyeurisme.

Pendant une trentaine d’années, le médecin déchu maintenant âgé de 57 ans a filmé à leur insu des dizaines de patientes lors d’examens médicaux ayant nécessité le dévoilement de parties intimes de leur corps. Une caméra avait été cachée dans la salle d’examen.

Vincent Nadon a été radié automatiquement par le Collège des médecins de l’Ontario.

Devant la juge Julie Bourgeois de la Cour de justice de l’Ontario, au Palais de justice d’Ottawa, Vincent Nadon a dit mercredi qu’il regrettait ses gestes et a affirmé devant plusieurs de ses victimes qu’elles avaient raison d’être profondément blessées.

C’est en janvier dernier que Vincent Nadon, un résident de Chelsea, au Québec, a été arrêté pour la première fois après avoir été soupçonné d’avoir filmé au moins une personne à son insu. Un peu plus d’un mois plus tard, il a de nouveau été arrêté, cette fois pour de multiples chefs d’agression sexuelle liés à des incidents mettant en cause dix victimes de sexe féminin.

Le Service de police d’Ottawa avait alors dit craindre que Vincent Nadon ait fait d’autres victimes de la fin des années 1980 jusqu’à cette année.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!