Justin Tang Justin Tang / La Presse Canadienne

OTTAWA — L’ancien ministre péquiste Yves-François Blanchet a le champ libre dans la course à la direction du Bloc québécois et compte maintenant sur l’appui de sept des dix députés du parti.

La Presse canadienne a appris vendredi que Simon Marcil allait se rallier au candidat, quelques heures après l’annonce par le député Michel Boudrias qu’il ne se présenterait pas. Ce dernier était en réflexion depuis quelques semaines.

«Je n’ai jamais été particulièrement intéressé par la fonction de chef du Bloc québécois», a-t-il affirmé en entrevue.

«Je me suis préparé avec mon organisation (…) pour assurer, du moins, que quelqu’un quelque part manifeste un intérêt pour la course à la chefferie, a-t-il ensuite expliqué. S’il n’y avait jamais eu de candidature externe ou de volonté sérieuse d’occuper le poste, je me serais peut-être retrouvé encore aujourd’hui, en date où on se parle, sur les rangs.»

M. Boudrias considère qu’une course à la direction n’est pas le meilleur moyen «pour faire avancer ses idées», comme celle de créer un seul parti souverainiste à Québec et à Ottawa d’ici 2021.

Le député de Terrebonne ne se range toutefois pas derrière M. Blanchet. Dans un communiqué, il écrit qu’il n’appuiera aucun candidat dans la course «par devoir de réserve», mais en entrevue la porte semble être entrouverte.

«Quand j’ai dit il y a quelques semaines que je ne donnais aucun chèque en blanc à qui que ce soit et puis, surtout, pour quoi que ce soit, c’est encore vrai aujourd’hui», a-t-il réitéré.

«Je ne suis pas fermé, mais je ne peux pas dans l’état actuel cautionner sans savoir où est-ce qu’on s’en va», a-t-il ajouté tout en se disant à l’écoute.

Yves-François Blanchet a remercié le député «pour sa confiance» vendredi après-midi sur Twitter. «Le débat d’idées et le désir de tout mettre en jeu — de casser le moule — restera une préoccupation constante», a-t-il écrit.

Michel Boudrias dit qu’il souhaite maintenant concentrer ses efforts sur les élections de 2019.

Le député de Terrebonne juge que sa circonscription située au nord de Montréal est «névralgique» pour le Bloc québécois et affirme qu’il se met en «mode électoral» dès maintenant.

Fort appui au caucus

Michel Boudrias pourrait bientôt être le seul député du caucus du Bloc québécois à ne pas appuyer Yves-François Blanchet.

Simon Marcil a indiqué à La Presse canadienne vendredi qu’il allait soutenir la candidature de l’ex-commentateur politique, ce qui porte à sept son nombre d’appui au caucus.

Son collègue Xavier-Barsalou Duval pourrait aussi décider de se rallier avant Noël. «Je considère que la candidature de M. Blanchet est une excellente candidature et il n’est pas exclu que je l’appuie», a-t-il affirmé lorsque La Presse canadienne l’a joint au téléphone.

La députée Marilène Gill songerait également à se ranger derrière lui. Elle avait participé à la conférence de presse du candidat lorsqu’il avait confirmé il y a près de deux semaines qu’il voulait devenir le prochain chef du parti.

Outre la majorité du caucus, M. Blanchet a aussi obtenu le soutien des 2000 militants du Forum jeunesse du Bloc québécois.

Avec l’annonce de Michel Boudrias, Yves-François Blanchet devient maintenant le seul candidat déclaré dans la course à la direction du parti.

Plus tôt cette semaine, un autre prétendant au poste, Christian Hébert, a finalement décidé de donner son appui à M. Blanchet.

Si personne ne veut se mesurer à Yves-François Blanchet, celui-ci deviendra chef du parti lorsque se terminera la période de mise en candidature, le 15 janvier. Dans l’éventualité où il y aurait d’autres candidatures, le chef serait choisi le 24 février.

Si M. Blanchet n’est pas officiellement chef, il se montre bien présent dans l’espace public et commence déjà à s’attaquer à ceux qui pourraient devenir ses adversaires à Ottawa. Son équipe a envoyé un communiqué aux médias vendredi matin, dans lequel il critiquait Justin Trudeau sur l’environnement.

Jeudi, il avait aussi débattu sur Twitter avec le chef de cabinet du chef conservateur Andrew Scheer sur l’avenir du Bloc québécois.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!