Robert F. Bukaty/AP

OTTAWA — Le gouvernement canadien restructure sa façon de traiter avec l’industrie de l’aquaculture dans le but d’augmenter ses retombées économiques et sa viabilité du point de vue écologique.

Le ministre des Pêches, Jonathan Wilkinson, a exposé lundi la nouvelle approche du gouvernement dans secteur. Il a notamment confirmé la création d’un ensemble unique de règlements pour clarifier le fonctionnement de l’aquaculture au Canada.

Le ministère commande également une étude sur les nouvelles technologies d’aquaculture afin de tenir l’industrie informée des plus récents développements. Elle sera réalisée en collaboration avec Technologies du développement durable Canada et la province de la Colombie-Britannique.

La nouvelle approche prévoit aussi l’élaboration d’un cadre de gestion des risques et la régionalisation des activités de gestion, pour prendre en compte les préoccupations environnementales régionales.

Les détails ont été dévoilés après l’annonce, la semaine dernière, d’un projet de loi fédéral sur l’aquaculture, tel que discuté lors de la réunion du Conseil canadien des ministres des Pêches et de l’Aquaculture à Saint-Jean, Terre-Neuve.

La commissaire fédérale à l’environnement, Julie Gelfand, avait publié plus tôt cette année un rapport dans lequel elle préconisait un meilleur suivi et une étude scientifique plus détaillée des effets de l’industrie sur les poissons sauvages.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!