Chris Young/La Presse canadienne

OTTAWA — L’administratrice en chef de la santé publique du Canada affirme que la nécessité d’accroître l’accès à un «approvisionnement plus sûr» en opioïdes est en cours d’examen avec les provinces et les territoires, une initiative encouragée par plusieurs experts en santé publique.

Theresa Tam a fait ces commentaires, mercredi, à l’occasion du dévoilement par l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) de données indiquant qu’au premier semestre de 2018, les opioïdes ont contribué à plus de 2000 décès. Il s’agit d’un taux de mortalité plus élevé que l’année précédente.

Mme Tam a souligné que l’approvisionnement en opioïdes toxiques constitue un facteur central de cette épidémie.

Le fentanyl, une drogue plus puissante que l’héroïne, est souvent mélangé à des opioïdes vendus dans la rue, ce qui signifie que les utilisateurs ignorent la puissance des substances qu’ils consomment.

Mme Tam a déclaré que le pays devait «redoubler» d’efforts pour faire face à la crise des opioïdes, soulignant la nécessité d’améliorer l’accessibilité des traitements.

L’agence de santé a déterminé que plus de 9000 personnes avaient perdu la vie au Canada entre janvier 2016 et juin 2018 à cause des opioïdes, ce qui laisse croire que le pays n’a pas encore été en mesure de renverser la tendance.

Les données portent sur les décès «apparemment liés aux opioïdes» et les surdoses «que l’on soupçonne être attribuées aux opioïdes».

L’ASPC affirme que ces plus récentes données montrent que la crise des opioïdes se poursuit, et qu’elle touche des gens de tous les horizons, de tous les âges et de tous les milieux socioéconomiques.

Parmi les décès signalés dans la première moitié de 2018, 94% découlaient de surdoses accidentelles. Des substances liées au fentanyl étaient en cause dans près des trois quarts (72%) de ces surdoses.

Selon l’ASPC, ces chiffres font ressortir «qu’il est crucial d’augmenter l’accès à des drogues plus sûres afin de prévenir des décès et d’autres méfaits».

«Un décès dans cette crise est déjà un décès de trop. Les données publiées aujourd’hui (mercredi) nous aideront à poursuivre l’élaboration de stratégies pour réduire les décès et mieux informer les politiques et les interventions de santé publique pour nous tous», a indiqué par communiqué la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!