Patrick Doyle / La Presse Canadienne Maxime Bernier

OTTAWA — Maxime Bernier assure que son nouveau parti politique ne se mêlera pas d’avortement ou d’identité de genre, même s’il appuie la candidature d’une ardente représentante de la droite religieuse en Colombie-Britannique.

Le député de Beauce a défendu la nomination d’une ancienne animatrice d’un talk-show chrétien comme toute première candidate du Parti populaire du Canada, qu’il a fondé après avoir claqué la porte du Parti conservateur d’Andrew Scheer en août.

Laura-Lynn Tyler Thompson sera candidate du Parti populaire lors de l’élection partielle dans Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique, le 25 février. Les candidats du parti pour les élections partielles dans Outremont, à Montréal, et York-Simcoe, en Ontario, seront probablement désignés la semaine prochaine.

Au cours des deux dernières années, Mme Tyler Thompson est devenue une critique virulente du programme d’éducation à la sexualité dans les écoles publiques de la Colombie-Britannique, à cause de l’enseignement sur l’orientation sexuelle et sur l’identité de genre qu’on y dispense.

M. Bernier, un libertarien, a déjà participé au cours de sa carrière à des défilés de la fierté gaie et il est reconnu pour être «pro-choix» en matière d’avortement. Mais il refuse de se prononcer sur l’enseignement de l’identité de genre dans les écoles, estimant qu’il s’agit là d’un dossier de compétence provinciale.

Le député beauceron indique seulement que Mme Tyler Thompson a droit à ses opinions, mais qu’elle sait, selon lui, que le «conservatisme social» ne sera pas au programme du Parti populaire pour le scrutin d’octobre 2019.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!