TORONTO – Marc Garneau, député fédéral montréalais et candidat à la direction du Parti libéral du Canada, a dévoilé mercredi sa «plateforme» économique, qui prévoit notamment des crédits d’impôts qui permettraient à l’économie canadienne d’atteindre son plein potentiel.

M. Garneau, qui se présente depuis le début de sa campagne comme le candidat au sens des affaires le plus aiguisé, estime que le gouvernement fédéral doit resserrer les mesures fiscales afin d’encourager l’innovation et de remédier aux faiblesses structurelles de l’économie du pays. La plateforme qu’il a présentée comprend plusieurs politiques gouvernementales qui visent, selon lui, à aider Ottawa à faire face à la concurrence mondiale.

Selon l’ancien astronaute, ce sont «l’innovation, la créativité et le leadership» qui permettront aux Canadiens de bâtir «la société progressiste qu’ils recherchent».

Devant des gens d’affaires venus l’entendre à Toronto, le candidat libéral a proposé mercredi l’élimination de l’impôt sur le gain en capital pour les investissements dans des entreprises en démarrage. M. Garneau a également suggéré de réduire les charges sociales des petites et moyennes entreprises qui offrent de la formation à leurs employés.

Le plan du député de Westmount-Ville Marie propose également que les nouveaux Canadiens qualifiés au marché du travail deviennent admissibles au programme canadien de prêts aux étudiants, afin qu’ils complètent les étapes nécessaires à la reconnaissance de leurs titres de compétences, incluant les programmes coopératifs et les stages. Il souhaite également offrir des incitatifs à l’embauche de jeunes Canadiens pour réduire le taux de chômage dans cette catégorie.

Lundi dernier, M. Garneau a aussi manifesté son désir d’ouvrir le marché des télécommunications à la pleine concurrence, et la plateforme qu’il a dévoilée mercredi s’inscrit dans cette logique.

Le député libéral tente de se distancier des politiques néo-démocrate et conservatrice en disant qu’il ne prône pas une forte ou une faible implication gouvernementale, mais une implication «intelligente».

«Plutôt que d’être confrontés à deux choix désolants — un parti qui croit en une implication réduite du gouvernement, et un autre qui prône une présence accrue de l’État —, je vous propose un gouvernement qui croit à un État innovateur, ouvert et intelligent», a-t-il lancé.

Mardi, Alex Burton, un procureur de la Couronne de Vancouver, a décidé de se retirer de la course libérale. Jusqu’à maintenant, six candidats ont rempli les documents officiels et remis le premier versement de 25 000 $: les députés montréalais Justin Trudeau et Marc Garneau, la députée de Vancouver Joyce Murray, l’ex-députée Martha Hall Findlay, Karen McCrimmon, lieutenante-colonel des Forces armées canadiennes à la retraite, et l’avocate torontoise Deborah Coyne.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!