Getty Images/Polka Dot RF

Le taux de conduite avec facultés affaiblies était en hausse de 2 % en 2011 au Canada, par rapport à l’année précédente, selon les dernières données de Statistique Canada. En 2011, la police a déclaré plus de 90 000 affaires de conduite avec facultés affaiblies au Canada, soit environ 3 000 de plus qu’en 2010.

L’Ontario et le Québec ont d’ailleurs inscrit les taux de conduite avec facultés affaiblies les plus faibles. L’organisme fédéral indique qu’avant 2007, le taux de conduite avec facultés affaiblies affichait une baisse constante depuis le milieu des années 1980.

Ce sont 121 affaires de conduite avec facultés affaiblies qui ont causé la mort, en 2011 et 839 affaires de conduite avec facultés affaiblies qui ont entrainé des blessures.

Les jeunes adultes de 20 à 24 ans demeurent la clientèle qui a affiché les plus forts taux de conduite avec facultés affaiblies, selon le nombre de détenteurs de permis de conduire. «Les taux diminuaient ensuite à mesure qu’augmentait l’âge», peut-on lire dans le communiqué de l’organisme.

Les conducteurs âgés de moins de 35 ans étaient particulièrement surreprésentés parmi les affaires les plus graves. En 2011, ils représentaient environ le tiers des détenteurs de permis de conduire, mais ils constituaient les deux tiers des auteurs présumés de conduite avec facultés affaiblies causant la mort ou des blessures, explique Statistique Canada.

Bien que la majorité des inculpations aient concerné des hommes (82 %), le taux observé chez les femmes est généralement à la hausse depuis 2005, représentant maintenant 18 % des conducteurs, comparativement à 8 % il y a 25 ans.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!