HO HO / La Presse Canadienne

OTTAWA – Des groupes de réflexion ont conclu que les nouveaux messages du gouvernement Harper sur son «développement responsable des ressources» étaient plutôt faibles sur les faits, mais stimulants et patriotiques, selon une étude commandée par le gouvernement.

Cette entreprise de relations publiques payée par les contribuables sera de nouveau en marche ce printemps, alors qu’une deuxième vague de messages publicitaires — destinée à convaincre les Canadiens «de l’importance et de l’impact du secteur énergétique» — sera diffusée au petit écran.

Le ministère fédéral des Ressources naturelles a réservé un montant de 9 millions $ durant l’année financière en cours pour des messages publicitaires mettant en vedette un échantillon des industries de ressources naturelles, dans un environnement amical et soucieux de la planète.

Il s’agit d’un exercice soigneusement planifié.

Depuis plus d’un an, les conservateurs frôlent la controverse avec leur combat tous azimuts en matière de développement des oléoducs et de changements aux lois environnementales, dont l’objectif est d’accélérer la mise sur pied d’importants projets liés aux ressources naturelles, incluant l’extraction des sables bitumineux.

L’été dernier, Ressources naturelles Canada a confié à Léger Marketing le mandat de peaufiner la campagne publicitaire du gouvernement. Le projet incluait un sondage téléphonique auprès de 2000 citoyens du pays, et deux sessions distinctes auprès de groupes de réflexion.

«Les politiques du gouvernement du Canada en matière de ressources naturelles devraient continuer d’attirer un haut niveau d’attention de la part du public et des médias, particulièrement au chapitre du développement de l’énergie», peut-on lire dans l’introduction de l’étude.

«Cette étude viendra aider la réalisation d’une publicité de qualité destinée à rejoindre le plus grand nombre de Canadiens, avec le message le plus efficace servant à promouvoir et à les encourager à être mieux informés au sujet de l’importance et de l’impact du secteur énergétique canadien sur l’économie du Canada et la qualité de vie.»

Le rapport de Léger Marketing, publié la semaine dernière par Bibliothèque et Archives Canada, révèle à quel point les concepts originaux de la campagne publicitaire ont peu impressionné les participants à une dizaine de groupes de réflexion répartis dans six villes du pays.

Des essais dans des villes canadiennes comme Québec, Moncton, Vancouver et Prince Rupert, en Colombie-Britannique, ont suscité des commentaires affirmant que les publicités étaient trop axées sur l’ouest canadien, ne fournissaient pas d’informations factuelles et ne livraient pas un message cohérent.

Trois nouveaux concepts publicitaires ont alors été élaborés, comptant «d’importantes modifications», et une deuxième ronde auprès de groupes de réflexion s’est avérée plus positive.

«Bien que certaines personnes ont soulevé l’absence de faits concrets, la plupart des participants ont réagi de façon positive et se sont sentis rassurés, un contraste avec les constations venant des premiers groupes de réflexion», a observé l’étude de Léger Marketing.

«Les participants ont facilement saisi les messages que visaient à transmettre les trois concepts, et les ont principalement perçus comme stimulants, certains allant jusqu’à dire de façon spontanée qu’ils les rendaient fiers d’être Canadiens.»

Plus tôt en février, la campagne publicitaire du gouvernement a été minée par la publication d’un rapport du Commissaire fédéral à l’environnement, selon lequel Ottawa n’en fait pas suffisamment en matière de surveillance de l’industrie minière, du forage en mer et de la fracturation hydraulique. Le rapport soulignait aussi que les organismes de réglementation n’étaient pas équipés pour affronter des déversements majeurs de pétrole et le trafic pétrolier sur la côte ouest.

Dans son dernier rapport après cinq années en poste, Scott Vaughan a déclaré que «vous vous trouvez devant un portrait où apparaissent de sérieux doutes sur la capacité du gouvernement fédéral à préserver l’environnement du Canada».

Des porte-parole de l’opposition, qui ont maintes fois dénoncé ce qu’ils appellent le «penchant des conservateurs à l’autopromotion financée par les contribuables», soutiennent que les publicités font fausse route.

Mathieu Ravignat, porte-parole du NPD sur les questions liées au Conseil du Trésor, a affirmé que la campagne publicitaire de Ressources naturelles Canada est une «copie carbone» de celle de l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) sur l’Énergie canadienne responsable.

«Si vous placez les annonces côte-à-côte — celles du gouvernement et de l’Association canadienne des producteurs pétroliers — ce que vous avez, c’est une tentative de limiter les dégâts», a-t-il lancé, en entrevue.

De son côté, le porte-parole libéral Roger Cuzner se dit inquiet de voir un gouvernement qui devrait se comporter en chien de garde agir plutôt en supporter.

«C’est comme si on demandait au chien de surveiller la viande, a illustré M. Cuzner. Le gouvernement est devenu le partisan ainsi que le régulateur.»

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!